Campagne Ulule : affichez votre soutien !

Vous aussi, participez à notre campagne « Cours, Format, Cours ! » 

Envoyez-nous votre photo ou votre vidéo de soutien en lien avec Format Court & le court métrage ! 

Grégoire Lemoine, réalisateur, animateur

joseph

Joseph Albert, mécène

david-le-bozec1

David Le Bozec, réalisateur, animateur

david-khalfa

David Khalfa, mécène

liam-engle

Liam Engle, acteur, réalisateur

Julia-Aquili

Julia Aquili, mécène

olivier

Olivier Bretagne, scénariste

oeuf

Atelier Kuso

hugo-chesnard2

Hugo Chesnard, réalisateur

Marie Cécile Lucas

Marie Cécile Lucas, réalisatrice et productrice (Trampofilms)

Nicolas-Guiot

Nicolas Guiot, réalisateur

bernard-tanghy

Bernard Tanguy, réalisateur, producteur (Rézina Productions)

audren1

Audren, mécène

noamir

Noamir (Marion et Romain Castéra), réalisateurs

Nicolas Jacquet, réalisateur, animateur

Madanie Boussaid et Hassan Strauss, réalisateurs

hakim2

Hakim Zouhani, réalisateur, scénariste, producteur (Nouvelle Toile)

vincent

Vincent Maury, comédien, scénariste

leo-verrier

Léo Verrier, animateur, réalisateur

broken

Broken productions

christophe-lesmasne

Christophe Le Masne, acteur, réalisateur

bertrand-mandico

Bertrand Mandico, réalisateur

steve-achiepo

Steve Achiepo, réalisateur

izu-troin

Visuel de soutien envoyé par Izù Troin, animateur, réalisateur

massimiliano-nardulli

Massimiliano Nardulli, programmateur artistique du festival du film court de Brest

ikki-films

Edwina Liard et Nidia Santiago, productrices (IKKI Films)

aurelie-cardin

Aurélie Cardin, réalisatrice, déléguée générale du festival Cinébanlieue

claire-diao

Claire Diao, journaliste & critique

mathieu-berthon

Mathieu Berthon, réalisateur

courts-courts

Festival Courts Courts à Tourtour, Var

benjamin-leroy

Benjamin Leroy, sélectionneur et responsable du site web Make it Short

« Cours, Format, Cours ! » : Soirée de soutien ce lundi 4 novembre à Paris

En 3 minutes et 4 « chouettes », Katia Bayer, la Rédactrice en chef de Format Court, vous présente notre campagne sur Ulule, « Cours, Format, Cours ! » et vous invite à participer à la soirée de soutien au projet, ce lundi 4 novembre, dès 19h30, à Paris, dans le 11ème arrondissement.

Pour rappel, notre appel à participations se clôture le 15 novembre 2013. Actuellement, nous nous rapprochons de notre objectif (908 € sur les 2.000 € prévus) mais nous avons encore et toujours besoin de votre générosité pour la réussite de cette collecte. Désireux de nous aider à mener à bien cette campagne, à la fois utile et artistique, de renforcer notre lien au court et de remporter plein de contreparties formidables ? Soutenez-nous, encore et toujours !

Participez, vous aussi, à notre campagne « Cours, Format, Cours ! » Envoyez-nous votre photo/vidéo de soutien en lien avec Format Court & le court métrage ! Les photos reçues seront publiées sur le site, la page Ulule consacrée à notre projet et les réseaux sociaux.

ÉVÉNEMENT A NE PAS MANQUER. À mi-parcours de notre campagne, nous organisons une soirée de soutien ce lundi 4 novembre, à partir de 19h30, au bar Les Pieds sous la Table, 130 rue Saint-Maur, 75011 Paris (métros proches : Goncourt, Couronnes, Parmentier). Venez nous rencontrer autour d’un verre (happy hour jusqu’à 21h), vous restaurer sur place, papoter avec des professionnels présents (réalisateurs, producteurs, comédiens, organisateurs de festivals …) et nous aider à participer au renouveau de Format Court.

Rejoindre la page Facebook consacrée à l’évènement

Miguel Valverde : « Lorsqu’on programme des films en festival, il faut penser au spectateur et pas seulement à soi »

Les interviews de programmateurs et de responsables de festivals se font rare sur notre site. Délaissant un temps les réalisateurs, nous avons rencontré au Festival de Namur l’un des responsables du Jury court. Co-directeur d’IndieLisboa, l’un des festivals phares du Portugal, Miguel Valverde est passé par la programmation avant d’avoir eu envie il y a 11 ans de montrer d’autres films, en prenant en considération quatre mots-clés : l’émotion, la différence, la pureté et la nouveauté. Entretien autour du cinéma portugais et français, de la programmation et de l’importance de la rencontre en salle.

Miguel-Valverde

Tu as monté un festival important à Lisbonne, IndieLisboa. Quelle place y occupe le court métrage ?

Mon festival est spécialisé dans le cinéma indépendant. Nous avons une compétition de longs et une autre de courts, tous genres mélangés : documentaire, fiction, cinéma expérimental. Nous avons décidé de faire les choses en miroir : tout ce qui va pour le long va pour le court. Le même nombre de jurés juge les films de chaque format, en court, la sélection de 42 films représente la même durée que celle des neufs longs en compétition. Nous essayons également de faire venir tous les réalisateurs de courts. On fait ça car on croit que le court métrage n’est pas une espèce de passage au long mais que c’est un monde à part entière. Un réalisateur de courts va chercher à faire des choses pures, généralement avec peu de moyens et une équipe réduite. Si on sent qu’un film est libre de contraintes mais en même temps très abouti, c’est ce qu’on aime appeler un excellent court métrage. À Indie, on aime proposer un panorama mondial et montrer des courts métrages de tous les continents, que ce soit l’Amérique, l’Europe et les pays francophones dont nous nous sentons d’ailleurs très proches au Portugal.

De quelle façon êtes-vous proche de la francophonie ?

Jusqu’aux années 1980, on apprenait le français à l’école, avant l’anglais. Puis, on a beaucoup migré en France, en Suisse, au Luxembourg. Je pense que la langue et les mots forment une espèce de coalition, qu’on ne sent pas avec les Espagnols par exemple. Si l’on compare notre cinéma avec le leur d’ailleurs, nous allons le trouver commercial et nous sentir plus proches du cinéma français. Notre maître, Manoel de Oliveira, est surtout reconnu en France et cela a beaucoup aidé à le faire reconnaitre au Portugal. C’est le cas pour d’autres réalisateurs aussi.

Est-ce qu’artistiquement, le cinéma français et le cinéma portugais peuvent se retrouver ? Est-ce qu’il y a un intérêt ou un traitement d’idées qui te semble similaire ?

Ma vision personnelle est que le cinéma français est très ouvert, avec beaucoup de films différents. Je me sens plus proche du film d’auteur, comme celui de Claire Denis. Il me semble que la proximité avec la littérature que l’on peut ressentir a beaucoup à voir avec le cinéma portugais. Je le vois aussi dans la façon qu’ont certains comédiens et comédiennes de jouer, de dire les mots. En 1996, j’habitais à Paris et Manoel de Oliveira présentait à la Cinémathèque française une nouvelle version de son premier film. A cette époque, le directeur de la Cinémathèque trouvait notre cinéma très mystérieux et pensait que cette sagesse allait produire dans le futur des exemples très aboutis chez nos jeunes cinéastes, avec un certain succès en France. Finalement, une nouvelle génération se réalise grâce aux auteurs et à la reconnaissance entre ces deux pays.

Tu penses que les récompenses au Portugal ont moins d’impact que celles venues de l’étranger ?

Oui. Pour te donner un exemple, le court métrage « Arena » de Joao Salaviza qui a gagné la Palme d’or du court métrage à Cannes en 2009 avait aussi remporté deux semaines avant, à IndieLisboa, le Grand prix de la compétition nationale. La première mondiale du film y avait eu lieu. Quand le film a remporté ce prix au Portugal, la nouvelle a fait l’objet de cinq lignes dans le journal national Público. Lorsqu’il a remporté la Palme d’or, il en a fait la couverture ! Bien évidemment, la répercussion internationale avec un festival comme Cannes, Berlin ou Venise, c’est quelque chose de complètement différent. C’est une autre catégorie de festival.

Comment est-on amené à penser un festival comme IndieLisboa et à le créer ? Y avait-il un désir personnel, une envie de se faire plaisir ou de montrer d’autres choses que dans les festivals déjà existants ?

Il y a eu deux raisons. En premier lieu, j’ai travaillé dans un festival de courts métrages, le Fica, où on a essayé de faire beaucoup d’expériences avec le court mais où finalement la tonalité, le genre des films, le tout était très maîtrisé. En tant que programmateur, cela ne me satisfaisait pas du tout. Avec des amis, en 2003, nous avons pensé qu’il n’y avait finalement pas grand-chose pour le cinéma que nous aimions. Tout était trop spécialisé, malgré un développement des festivals. À Lisbonne, c’était le désert artistique, les propositions de films étaient très maigres. Grâce à notre travail, je pense qu’Indie à permis aux festivals de jouer plus le jeu, à s’ouvrir davantage car lorsque nous avons commencé, 12.000 spectateurs sont venus à notre manifestation. Nous avons montré qu’il y avait un public à Lisbonne qui avait la capacité d’aller au cinéma, ce qui a fait que les autres ont suivi.

indie

Le problème des festivals aujourd’hui est qu’il y en a énormément, qu’ils se concurrencent un peu tous. Comment arriver à se distinguer, à l’international et dans son propre pays ?

Avant IndieLisboa, il n’y avait pas de festival portugais où l’on pouvait faire de premières mondiales de nos films. Nous sommes là pour montrer qu’il y a une cinématographie portugaise qui doit être reconnue au niveau national et mondial.

Que cherchez-vous comme films et comme regards ?

Nous cherchons le cinéma le plus personnel possible, le plus libre également. Nous pensons que pour qu’un film soit abouti, il doit faire passer une émotion, et que le spectateur doit réagir. Lorsqu’on programme des films en festival, il faut penser à ce spectateur et pas seulement à soi. Nous voulons partager une certaine expérience avec le public. C’est aussi pour cela que nous invitons les réalisateurs, en fin de séance, à venir discuter de leurs films en salle, face aux spectateurs. Tout le monde peut poser des questions et ce qui est beau à voir, c’est que finalement, on n’y parle pas que d’un film en particulier mais du cinéma en général.

Est-ce que la rencontre est aussi importante que le film en soi ?

Oui. Si un film part d’une idée d’un réalisateur, d’une façon d’exposer sa vision, par image et par son, cela ne correspond pas forcement exactement à ce qu’il est. Je pense qu’il est important pour les spectateurs de savoir qui est la personne en face d’eux, qu’ils la jugent par rapport à un film mais aussi en face-à-face. Cela créé un lien et fidélise. Un spectateur sera content de retrouver un même réalisateur une, voire plusieurs années plus tard.

Est-ce que tu trouves, en onze ans de sélection, qu’il est plus difficile d’arriver à dénicher des films qui se distinguent ?

C’est une bonne question. C’est plus difficile en ce moment car depuis une dizaine d’années, nous voyons trop de films, alors que nous ne sommes plus surpris comme on pouvait l’être auparavant. Lorsque nous avons commencé à voir des courts pour le festival, il y en avait environ 250 et c’était nouveau. Nous connaissions des réalisateurs, mais on découvrait leurs films. Aujourd’hui, on voit 3.000 courts par an, et on préfère prendre des films qui nous surprennent mais qui ne sont pas totalement aboutis plutôt que du déjà-vu. Nous favorisons la différence.

À quel moment se dit-on que tel ou tel film doit figurer dans son festival ?

On essaie de choisir les films les plus récents possibles, pour que le réalisateur ne soit pas fatigué de son propre film. On essaie du coup de lancer certains films. Par exemple, « Da Vinci », de Yuri Ancarani (réalisateur de « Il Capo »), qui a remporté le Grand prix cette année, a débuté à Rotterdam en compétition et nous avons été le deuxième festival à le montrer. C’est un film assez dur où on assiste à une opération du poumon, filmée avec une micro caméra à l’intérieur. C’est une expérience terrible mais c’est complètement différent de ce qu’on peut voir en court et il s’en dégage une grande force émotionnelle. Après l’avoir vu, j’ai immédiatement appelé mes collègues pour les prévenir que je sélectionnais ce film sans leur avis car après Rotterdam, tout le monde allait le connaître et il aurait été plus difficile de l’avoir.

As-tu l’impression qu’il y a une sorte de radicalité dans le cinéma portugais, tant dans la forme et le fond ?

Après quelques années d’expérience, je pense que cette radicalité existe, mais moins. Il y a des réalisateurs très intéressants qui poussent la radicalité dans la forme mais pas dans le discours, le scénario. Avant, nos films étaient sélectionnés dans des festivals mais ne gagnaient jamais. Aujourd’hui il y a une nouvelle génération qui commence à remporter des prix grâce à un côté narratif et émotionnel qui touche davantage les spectateurs et les jurés.

Propos recueillis par Katia Bayer. Retranscription : Carine Lebrun

Le site du festival : www.indielisboa.com

Festival Court Métrange, les photos

Il y a quelques jours, plusieurs membres de l’équipe assistaient au Festival Court Métrange, à Rennes, pour faire le plein d’interviews, présenter notre toute première carte blanche en festival et remettre un nouveau Prix Format Court (à « Fuga » de Juan Antonio Espigares). Avant de parcourir notre focus consacré à cette édition anniversaire (10 ans, une coupe ?), nous vous en proposons un petit reportage photo. L’occasion de découvrir cette manifestation de l’intérieur, d’associer des visages à nos signatures, et de voir quelques festivaliers de sortie, au contact d’objets improbables dans une boutique locale.

IMG_1070

Editions précédentes ? Affichez-vous.

DSC09731

L’équipe de Format Court (Katia Bayer, Xavier Gourdet, Julien Savès, Agathe Demanneville, Julien Beaunay)

DSC09775

Unissez-vous (pour le pire et le meilleur)

DSC09737

Katia Bayer et Julien Savès testant les produits locaux

IMG_1092

Mathieu Berthon (réalisateur mystérieux)

DSC09740

Arnaud P. (accueil des réalisateurs) tenant une pantoufle

DSC09745

Le même préférant une cuisse de poulet

DSC09748

Julien Savès, prêt à démarrer une belle collection

DSC09743

Julien Beaunay, souriant mais aussi de profil

DSC09742

 Jokin Urruticoechea García, réalisateur ayant besoin d’un assistant

DSC09747

Benjamin Leroy (responsable du site web Make it Short) présente un classique à côté de « Chat Bulles, la juste dose pour laver le linge »

DSC09746

William Dott (responsable déco) ravi, entouré de boîtes

DSC09750

Jérémy Nicot (déco, aménagement, régie) aimant la fourrure et voulant que ça se sache

DSC09753

Mathieu Berthon, raffolant des couleurs vives, et Katia Bayer tenant le cintre comme personne

DSC09773

The diplôme ! Le Prix Format Court remis à « Fuga » de de Juan Antonio Espigares

 

Apéro Projo 77ème édition, ce vendredi 1/11 : Spécial Halloween

Ce vendredi 1/11, les Apéros Projos, proposés une fois par mois par l’association Collectif Prod, reviennent au Café de Paris, avec différents courts au programme, pour une séance spéciale consacrée à Halloween.

halloween

Programmation

1ère partie – HALLOWEEN PARTIE 1 : (63’15)

RAQUETTE SMASH de Loïc Geraci (BA parodique – 5min18 – 2013 – Mes Couilles dans ton Slip et Freaks Productions)
Le président de la FFT (fédération Française de tennis) confie une mission suicide à Raquette : protéger les plus grands terrains de tennis du monde d’une redoutable menace qui plane sur eux…

L’HERITAGE de Michaël Terraz (conte fantastique – 22min49 – 2013 – Black Rabbit Film / L’Octopode) :
Augustin, peintre veuf, et ses deux filles, héritent d’une mystérieuse demeure, habitée par une étrange gardienne. Forcés de passer la nuit dans la vieille demeure, Augustin et ses filles doivent affronter les murs recouverts de fresques fantasmagoriques…

TERMINUS de Nikodem Rautszko Panz (thriller horrifique – 4min04 – 2012 – Video Graphic)
Un jeune homme rentre dans un wagon de métro, et s’assoit face à une jeune femme plongée dans sa lecture. Au moment où le train va démarrer, un étrange personnage rentre dans le wagon.

MANDRAGORE de Fabrice Blin (conte fantastique – 17min – 2012 – Metaluna Productions)
Marie vit seule avec son fils Alex dans une maison isolée en forêt. Elle recueille David, un homme en fuite, blessé et amnésique. Marie nourrit et soigne David dont l’état de santé s’améliore miraculeusement en quelques jours…

INVAZION de Maxime Vayer (zombie movie – 14min03 – 2012)
Al et Julien sont persuadés qu’un zombie les attend au 5ème, manque de chance, ils habitent au 8ème et l’ascenseur est en panne…

2ème partie – HALLOWEEN PARTIE 2 : (63’38)

RED IS DEAD de Loïc Geraci (BA mash-up parodique – 3min – 2013 – Mes Couilles dans ton Slip et Freaks Productions)
Une bande de jeune bourgeois se rendent dans une cabane isolée dans les bois. Sur place, la découverte d’un mystérieux Livre « Le manifeste du parti communiste » va les faire sombrer dans l’horreur…

L’ŒIL DU HIBOU de Tanneguy O’Meara (giallo – 29min50 – 2013 – ELMA Productions)
C’est la nuit. Reclus dans son appartement avec pour seul compagnon un mystérieux hibou borgne, Philippe guette de sa fenêtre les habitants du lieu, jusqu’à l’apparition d’une jeune femme suivie par un homme cagoulé. Philippe assiste au meurtre de la jeune femme et poursuit le meurtrier à travers les dédales de l’immeuble. Le matin est là. Un meurtre a bien été commis, mais la victime n’est pas la personne attendue…

HERO?? de Manu Lanzi (action – 16min38 – 2013 – A.P.E.L Prod)
Marco, 32 ans, un mec normal menant une vie banale assiste un jour à une violente agression dans la rue, le tout étant filmé par le téléphone portable d’un des témoins. Le lendemain son meilleur ami Alex, ayant vu les images au journal du soir et voyant que Marco n’a pas agi, le blâme et lui reproche son manque de courage. Etant hanté par cette scène vécue et après mure réflexion, Marco décide de changer tout ça en allant écumer les rues pour faire justice. En sera t’il capable ? Deviendra-t-il un « HERO » ?

SILENCE de Pierre-Gil Lecouvey (suspens – 14min10 – 2013 – Spook & Gloom Films)
Octave et Mélodie, deux étudiants dissipés, décident par défi de se laisser enfermer dans la bibliothèque. Mais ils ignorent encore que le silence se respecte, même la nuit…

Infos pratiques

Vendredi 01/11/2013 : projection dès 21h

Café de Paris : 158 rue Oberkampf – 75011 Paris – Métro : Ménilmontant (L2)

Possibilité de se restaurer sur place. Entrée libre.

Grégoire Colin : « C’est ce lien invisible avec le spectateur qui m’intéresse, que j’essaie de créer mais qui est hyper mystérieux parce qu’il est non palpable »

Président du Jury officiel des courts au dernier Festival International du Film Francophone de Namur, Grégoire Colin, comédien devenu réalisateur, nous parle de ses deux films (« La Baie du renard » et « Lisières », tout juste présélectionné aux César), de l’incarnation du rôle et du travail autour de la sensation.

gregoire-colin

Je sais que vous êtes en train de travailler sur un nouveau projet de court. Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à la forme courte, au-delà de l’envie de faire vos propres films ?

J’ai toujours eu envie d’écrire, je me suis formé sur le tas mais sans techniques, connaissances, structures de récit, sans avoir l’idée des différentes manières de construire un long métrage. Du coup, pour le premier film que j’ai écrit, j’étais dans l’expérimentation. Ça a été le cas pour le deuxième aussi. Après coup, j’ai retrouvé la structure du récit de « La Baie du Renard » dans des nouvelles, par exemple dans Histoire de la cité de Dieu de Pasolini, la structure était la même. Je me suis donc rendu compte rétrospectivement que j’avais écrit une chronique. Ça tombait bien puisque j’aime beaucoup le travail de Pasolini, en tant qu’artiste. Mon apprentissage s’est fait comme ça. D’abord par un geste primitif de création puis en observant, pour commencer à avoir des repères.

Vous dites ne pas avoir eu de notions en écriture. Le fait d’avoir joué, lu les histoires des autres n’a pas pu représenter un repère d’écriture ?

Non, je pense que construire des films, les déconstruire, appréhender des rôles, tout ça n’a rien à voir.

« La Baie du Renard » et « Lisières » sont séparés de trois ans, ils sont très similaires et en même temps très distincts. Le premier film est plus dans l’observation, dans la chronique, dans l’autre vous racontez une histoire et vous la contextualisez. Dans les deux, vous travaillez avec le même comédien. Qu’est-ce que le premier film vous a permis d’expérimenter ?

J’ai appris l’expérience du tournage : on n’emmène pas une équipe en haut d’une falaise comme je l’ai fait pour « La Baie du Renard » par exemple. Avec l’expérience, on intègre les temps de tournage, la difficulté de certains décors, les aspects financiers aussi.

Au niveau du récit, je voulais faire de « La Baie du Renard » quelque chose de vraiment minimaliste pour travailler avec les outils du cinéma et non avec ceux de la dramaturgie. J’avais simplement en tête une chronique qui se raconte avec l’image et le son. Là, je vais tourner un court métrage cet hiver, et le récit est encore un petit peu plus étoffé.

Michel-Pubill-Goma

Qu’est-ce ce qui vous a intéressé chez ce jeune comédien (Michel Pubill Goma) avec qui vous avez collaboré sur les deux films ?

C’est quelqu’un avec qui j’espère retravailler, c’est même prévu. Si quelque chose fonctionne dans une collaboration, que ce soit avec le chef opérateur ou le monteur, je n’ai pas de raison d’arrêter. Je n’ai pas envie d’aller chercher quelqu’un d’autre que Michel, même si je crée un personnage qui vient d’un tout autre univers, sauf si il y a un souci au niveau de l’âge évidemment. C’est à l’acteur de composer son rôle, de le travailler. Ce qui m’intéresse, c’est qu’il l’incarne véritablement.

J’ai appris que vous aviez eu envie de faire de la musique avant de vous orienter vers le cinéma….

Oui, je suis autodidacte. Vers 20 ans, cela faisait longtemps que je faisais de la musique, j’écrivais aussi mais je sentais que c’était le moment pour moi de trouver une voie. J’ai hésité pendant très longtemps, entre la musique et l’écriture pour le cinéma, avec l’idée après de la mise en scène. Et voilà, j’ai choisi cette deuxième option. Ce qui a été déterminant, ça a été de me dire qu’avec le métier de réalisateur, je pourrais continuer de collaborer avec des musiciens. Je me suis complètement investi là-dedans et j’ai dû arrêter la musique, notamment parce que je suis très minutieux et que je fais les choses lentement.

Est-ce que vous prenez du temps pour l’écriture ?

Je prends du temps à mettre en œuvre quelque chose, à l’accomplir, parce que je veux le faire bien. Cependant aujourd’hui, je vais beaucoup plus vite sur l’écriture de court métrage. Je vois plus rapidement ce que je veux et là où je veux aller. L’expérience cumulée à une autre aide, c’est sûr, mais ça reste laborieux.

Comment percevez-vous les courts aujourd’hui, en voyez-vous beaucoup ? Est-ce que depuis que vous êtes passé à la réalisation, vous les percevez autrement ?

Quand on accumule de l’expérience, ça change forcément le regard. Néanmoins j’essaie toujours de ne rien attendre, de me laisser surprendre par ce que je regarde. Essayer de voir, comprendre, avoir des sensations. Quand on juge, c’est différent. Ici, au festival de Namur, on regarde la mise en scène, l’écriture, le jeu des acteurs, tous ces paramètres qui font un film. On essaie d’en voir la cohérence qui en ressort et c’est ça qu’on récompense.

Le travail autour de la sensation m’intéresse beaucoup, comme dans les films de Lynch. Ce que j’aime en tant que spectateur, c’est d’éprouver des sensations avec des personnages, de pouvoir faire une expérience à travers le cinéma.

Est-ce qu’en jouant pour les différents réalisateurs avec qui vous avez pu travailler, vous avez été amené à aborder cette question des sensations ?

J’aime communiquer. Comme acteur, c’est ça qui m’intéresse, donner des sensations. Je le vis par exemple avec Claire Denis parce qu’elle demande dans son écriture qu’on amène des sensations. C’est ce lien invisible avec le spectateur qui m’intéresse, que j’essaie de créer mais qui est hyper mystérieux parce qu’il est non palpable.

Est-ce que la réalisation vous amène à construire autrement votre métier de comédien ?

Oui, mais sur des aspects très pratiques, comme davantage respecter le metteur en scène, son plateau, moins foutre le bordel ! D’une certaine manière, j’ai appris à plus être au service du film, à être plus discipliné que je n’ai pu l’être à une période, ce qui devait être bien fatiguant pour l’équipe et le réalisateur !

Propos recueillis par Katia Bayer. Retranscription : Carine Lebrun

Format Court a plus que jamais besoin de vous !

Comme vous le savez peut-être, nous avons mis en place une campagne intitulée « Cours, Format, Court ! » pour financer la refonte de notre site internet dédié au court métrage en prévision de ses 5 ans, en janvier. Nous souhaitons encore mieux promouvoir le travail des professionnels du court, développer de nouvelles rubriques (concours, films en ligne, recherches thématiques, …) et optimiser la navigation de Format Court pour votre plus grand confort. Pour cela, nous avons besoin d’experts en la matière.

Plus de deux semaines après le lancement de notre campagne, nous avons déjà récolté plus d’un tiers de la somme espérée (2.000 €), soit 675 €. Il nous manque encore 1.325 € pour toucher à notre but avant le 15 novembre 2013, date à laquelle Format Court ne pourra pas bénéficier d’un nouveau site si le montant restant n’est pas atteint. Si au contraire, il est dépassé, nous pourrons développer d’autres activités qui nous tiennent à coeur depuis longtemps (doter nos nombreux Prix Format Court, créer un festival Format Court).

act-now

Participez. Recevez. Quelque soit le montant de votre don (de 5 € à 500 €), vous avez la possibilité de remporter des contreparties intéressantes : la valorisation de votre nom (sur notre site internet, à nos projections), des cadeaux inouïs (prodigieuses parties de ping-pong avec la Rédactrice en chef du site, photos dédicacées des contributeurs, blagues Carambar, très beaux badges, DVD de courts métrages), des invitations sympathiques (aux séances Format Court, à la fête organisée pour les 5 ans du site, aux soirées d’ouverture/de clôture de festivals partenaires) mais aussi des participations originales (au contenu éditorial du site, à la programmation de nos soirées) et enfin, notre formidable et éternelle reconnaissance.

De nombreux supporters nous ont déjà rejoints dans cette campagne. Merci à eux.

Notre appel à dons est loin d’être terminé. Nous avons encore et toujours besoin de vos soutiens.

Alors, à vous de jouer pour nous aider à aller au bout de cette campagne !

Katia Bayer
Rédactrice en chef

Retour en images sur la séance Format Court d’octobre

Notre nouvelle séance de courts aura lieu le 14 novembre prochain au Studio des Ursulines, à Paris. Il s’agira d’une séance spéciale consacrée au Festival de Vendôme dont nous sommes partenaires depuis trois ans. Avant d’y assister, nous vous invitons à retrouver une sélection de photos de Julien Ti-i-Taming prises lors de notre projection Format Court du 10 octobre. Pour rappel, les membres de « En équipe »  et  de « La Lampe au beurre de Yak » présentaient leurs films ce soir-là.

_DSC9575_DSC9575_DSC9575_DSC9625

Avec Vincent Maury, Steve Achiepo, Bastien Bourhis et Sékou Baradji-Diarra (co-scénariste, réalisateur et comédiens de « En équipe »)

_DSC9765_DSC9661_DSC9699
_DSC9716_DSC9672

Avec Jean Legrand, Hu Wei, Julien Féret (chef opérateur, réalisateur et producteur de « La Lampe au beurre de Yak »)

_DSC9914_DSC9822_DSC9827_DSC9809_DSC9913

 

T comme La Tête en bas

Fiche technique

La-Tête-en-bas-Maxime-Giroux1

Synopsis : La tête en bas  » trace un portrait hétéroclite de trois jeunes demoiselles solitaires, mélancoliques et marginales, dans la fragilité de leur quotidien.

Pays : Québec

Année : 2013

Durée : 29′

Genre : Fiction

Réalisation : Maxime Giroux

Directeur de la photo : Sara Mishara

Montage : Mathieu Bouchard-Malo

Son : Frédéric Cloutier

Musique : Hôtel Morphée

Interprètes : Sophie Desmarais, Victoria Diamond, Éliane Préfontaine, Martin Dubreuil

Producteur : Metafilms

Article associé : le reportage sur le compétition internationale du FIFF

P comme Promenade (Plimbare)

Fiche technique

Promenade-Plimbare

La pluie va bientôt tomber, mais ça n’a pas d’importance. Une vieille femme solitaire décide d’aller dehors et faire une promenade vers l’inconnu.

Pays : Roumanie

Année : 2012

Durée : 15 min

Genre : Fiction

Réalisation : Mihaela Popescu

Scénario et dialogue : Marius Panduru

Directeur de la photo : Marius Panduru

Montage : Silvia Matei

Son : Marius Leftarache

Interprètes : Valeria Seciu, Sergiu Costache, Ion Grosu

Producteur : Saga Film

Article associé : le reportage sur le compétition internationale du FIFF

P comme Pride

Fiche technique

Synopsis : Un homme conservateur est confronté à un monde en pleine transition dans sa propre cuisine. Manol, général à la retraite et grand-père aimant, est un patriarche têtu avec une morale ferme et des croyances inébranlables. Mais quand il comprend que le garçon qu’il élève est différent, ses valeurs sont secouées et contestées dans une bataille déjà perdue.

Pays : Bulgarie, Allemagne

Année : 2013

Durée : 30 ‘

Genre : Fiction

Réalisation : Pavel G. Vesnakov

Directeur de la photo : Orlin Ruevski

Montage : Karen Tonne

Son : Veselin Zografov

Interprètes : Mihail Mustafov, Aleksandar Aleskiev, Ani Bakalova, Svetlana Yancheva

Producteur : Portokal – Director’s Darling

Article associé : le reportage sur le compétition internationale du FIFF

S comme Septembre

Fiche technique

septembre-salome-richard

Synopsis : C’’est l’histoire de Judith qui cherche à comprendre pourquoi son mec ne veut plus baiser avec elle. Qui cherche à comprendre pourquoi les autres oui et pas lui. Pourquoi elle a tellement besoin de désir. Et pourquoi le fric qu’elle lui doit l’empêche de bander. C’est l’histoire crue de Judith qui se débat comme un poisson au bout d’une ligne.

Pays : Belgique, France

Année : 2013

Durée : 22’

Genre : fiction

Réalisation et scénario: Salomé Richard

Directeur de la photo : Pierre Choqueux

Interprètes : Salomé Richard, Emmanuel Marre

Production : Stempel, ChevalDeuxTrois

Article associé : reportage sur la compétition nationale au FIFF : « Va, vis et deviens ! »

H comme Houle sentimentale

Fiche technique

Synopsis : Elle se fête, c’est un fait. Mais l’important, c’est maintenant ! Emportée par la houle, au plus proche de ses sentiments…

Pays : Belgique

Année : 2013

Durée : 18’46’’

Genre : fiction

Réalisation et scénario: Tom Boccara

Directeur de la photo : Nastasja Saerens

Interprètes : Léticia Vetrano, Danny Ronaldo

Producteur : Mediadiffusion/IAD (Institut des Arts de Diffusion)

Article associé : reportage sur la compétition nationale au FIFF : « Va, vis et deviens ! »

 

A comme Anima

Fiche technique

Synopsis : Parmi les hommes et leurs gestes, bruts et graves, une âme se libère. Elle s’extrait de notre monde dans un curieux voyage, une traversée par les airs de cet étrange village de l’ouest Africain. Ses images puissantes et évocatrices se mêlent aux sonorités entêtantes, pour nous donner à voir, sans limites, ce rêve éveillé.

Pays : Belgique

Année : 2013

Durée : 18’

Genre : documentaire

Réalisation et scénario: Simon Gillard

Directeur de la photo : Simon Gilard et Juliette Van Dormael

Son : Simon Gillard

Montage : Cécile Orfila

Producteur : INSAS  (Institut national supérieur des arts du spectacle)

Article associé : reportage sur la compétition nationale au FIFF : « Va, vis et deviens ! »

B comme Betty’s Blues

Fiche technique

Synopsis : Un jeune guitariste tente sa chance dans un vieux bar de blues de Louisiane. Il évoque la légende de Blind Boogie Jones, dans la Nouvelle Orléans des années 1920, une histoire d’amour et de vengeance…

Pays : Belgique/France

Année : 2013

Durée : 12’

Genre : animation

Réalisation et scénario: Rémi Vandenitte

Directeur de la photo : Rémi Vandenitte

Producteur : La Boîte, … Productions

Articles associés : reportage sur la compétition nationale au FIFF : « Va, vis et deviens ! », la critique de « Betty’s Blues »

Le FIFF 2013, aperçu de la compétition internationale

Le Festival International du Film Francophone s’est déroulé du 27 septembre au 4 octobre à Namur. Présenté en compétition internationale, le court-métrage franco-algérien « Les Jours d’avant »  de Karim Moussaoui a reçu le prix du Jury et celui de Format Court et fera prochainement l’objet d’un focus. Autres pays à l’honneur cette année : la Roumanie, le Québec, la Belgique, la France, la Bulgarie, le Maroc, la Suisse… Parmi cette sélection, trois films ont retenu notre attention et mettent en lumière, selon des éclairages différents, une appréhension de l’isolement et de la difficulté à être en lien avec les autres.

La Tête en bas de Maxime Giroux (Québec)

Trois personnages féminins en marge, retranchés dans leurs appartements-cocons, se confrontent à l’extérieur (le masculin) de façon plus ou moins conflictuelle. Leurs existences ne semblent pas reliées mais leurs quotidiens s’entrecroisent, cousus entre eux par le montage.

Ces femmes naviguent entre les hommes (un ex, un voisin, des inconnus), ces derniers apparaissent tour à tour ridicules ou dangereux (l’altérité masculine est vue comme inéluctablement dissociée, et la femme vient la titiller). Elles jouent et se jouent des hommes, de différentes manières : avec un hélicoptère télécommandé qui vient perturber l’attention, avec un récit morbide et cru de l’une d’elles racontant à un inconnu son traumatisme digne d’un fait divers ou encore avec un jeu de colin-maillard réinventé où l’homme est malmené lors d’un rendez-vous anonyme.

La-Tête-en-bas-Maxime-Giroux2

Sortir de l’appartement est devenu chose impossible tout comme accepter ce que l’on doit intégrer mais qui nous fait vivre. Ainsi la nourriture dans ce qu’elle a de plus écœurant (de la viande crue malaxée) est refusée puis jetée par la fenêtre. Le corps, réceptacle et émetteur de l’intériorité, s’exprime dans ces plans rapprochés de visages, où les respirations, les souffles, les cris stridents et étouffés deviennent denses et palpables. Ils se mêlent à une musique organique, où le corps semble sourdre dans chaque note. Les sons nouent les plans entre eux, entre les jeunes femmes, on ne sait plus qui souffle, crie…

« La Tête en bas » se construit en miroir et le corps est meurtri dans les dernières scènes qui font écho aux premières. L’arbre d’une des jeunes femmes s’effondre en symétrie et répond à la chute du début. Un jouet, mini-robot électrique volant, dernier vestige infantile d’un ancien compagnon, s’écroule sur la deuxième, et la blesse au visage. La troisième clôture le film la tête à l’envers, recouverte d’une marmite, la tambourinant avec des cuillères. L’enfermement et l’assourdissement du rythme percuté contiennent l’énergie vitale de ses trois solitudes marginales qui semblent n’en faire qu’une seule. Si les corps s’abîment, ils naviguent toujours sur les eaux d’une poésie de l’absurde. Dans le film de Maxime Giroux, le corps est sorti de sa fonctionnalité chez ces femmes en roue libre qui le renversent constamment (au sens propre du terme). On note l’abstraction d’un gros plan sur ces mains formant un duo végétal dans une danse aérienne, ou l’onirisme du funambule marchant dans le vide et sur l’horizon.

Promenade de Mihaela Popescu (Roumanie)

Une histoire basée sur la linéarité du fil d’une promenade : départ, cheminement, arrivée, retour. La force du récit de Mihaela Popescu réside dans sa structure où tout mène à l’accomplissement d’un désir. Telle une progression nécessaire, il ne pourrait en être autrement. Le quotidien s’ancre dans ce tic tac de la pendule qui rythme les plans du début. L’aléatoire se profile lors du cheminement tranquille et sûr de la vieille dame montrée à l’écran : elle croise de jeunes couples ou des enfants, et va à la rencontre d’une ondée fugace qui vient juste à propos. Tous ces éléments semblent n’être là que pour arriver au dénouement : la femme monnaye avec l’épicier du quartier une étreinte qui sera brusque et rapide.

Promenade-Plimbare

La narration épurée s’impose comme une évidence, une marche simple et solide comme la volonté d’une femme. L’évolution de la lumière accompagne ce parcours. Un intérieur aux couleurs chaudes ouvre le film sur la solitude de la femme ; une lumière bleutée enveloppe la marche au milieu du brouhaha de la ville ; l’atmosphère s’assombrit dans l ‘épicerie pour une proposition tout juste murmurée ; la rue éblouie après la pluie, sur le retour. La caméra suit la femme en gros plan, avec quelque chose de digne et fier sur son visage. Le spectateur peut projeter tant l’amertume que la plénitude, la satisfaction du désir assouvi.

Mihaela Popescu développe dans son film des nervures cinesthésiques : les sons esquissent l’ambiance qui précède une averse, la lourdeur de l’air est perceptible. Tous les sens sont convoqués dans un frissonnement pendant ce rapport presque brutal qui fait quelque peu froid dans le dos. L’odeur de la ville après la pluie nous parvient, et nous amène à voir cette promenade comme une traversée sensorielle et lumineuse, aux ombres bien dessinées.

Pride de Pavel G. Vesnakov (Bulgarie/Allemagne)

Dans son film, Pavel G. Vesnakov raconte une journée particulière pour un homme aux idées conservatrices qui voit la réalité de ses proches faire valser ses lois morales archaïques. La tranquillité de la pêche matinale ne dure qu’un temps. Très vite, Manol est témoin de l’homosexualité de son petit-fils qu’il élève. Une chape de plomb s’abat sur lui.

Le rythme hétérogène du film alterne les instants dilatés d’un isolement apaisé avec ceux condensés des nœuds dramatiques où les enjeux familiaux débordent. Le calme s’oppose aux scènes de conflit, où Manol accroche, éclate, se braque, pour s’écarter à nouveau. Dans une confrontation hostile avec son petit-fils, il hurle, menace. Tout en lui transpire la colère : sa respiration, ses bruits de mastication, ses élans de violence. Les jump cuts sur ses successions d’états soulignent la vacuité de son agitation face au mutisme du jeune homme, à la résistance du silence et du regard.

Lorsque sa fille lui annonce par la suite son divorce, l’incompréhension de Manol est pathétique. Il idéalise un gendre qu’il n’a pas vu depuis longtemps, il ne peut plus saisir ce monde qui l’entoure et qui s’affaisse. Il tient bon, reste droit dans ses valeurs qui n’ont de sens que pour lui. L’incommunication et le fossé intergénérationnel sont complets.

Le spectateur étouffe sous cette torpeur, à travers ces échanges qui n’en sont pas. Comme Manol et les siens, il suffoque dans la maison, dans la voiture dont il faut sortir en cours de route. Les dialogues sont des lignes brisées, des parallèles, rien ne circule. Le générique tombe net comme un couperet, sur le silence qui suit la conclusion : pour la fille comme pour le père, l’important est de garder tout cela caché. Finalement ces deux-là se ressemblent…

Au final, les personnages de ces trois films se cognent aux murs de leurs solitudes et cherchent à tâtons à avancer, tant bien que mal. Avec « Les Jours d’avant », Djaber et Yamina semblent leur répondre dans un diptyque mettant en scène une rencontre impossible au cœur d’une Algérie brassée par la violence. Focus à venir…

Juliette Borel

Consultez les fiches techniques de « La Tête en bas« , « Promenade (Plimbare) » et « Pride« 

Short Screens #31 : Let’s Talk About Sex!

Démythifié, revendiqué, vulgarisé à souhait, le sexe demeure un mystère qui, à l’instar de certaines voies, peut sembler impénétrable…
Pour sa 31ème séance, Short Screens a décidé de célébrer la fête d’Halloween en mettant démons et sorcières au placard pour vous parler d’Eros. Du franc parler d’une jeunesse libanaise en effervescence aux ébats d’une Cécile de France débutante, découvrez 7 courts métrages qui posent un regard à la fois tendre et provocateur sur la sexualité, déjouant les codes sociaux et défiant les interdits moraux. Public averti !

Programmation

« C’est gratuit pour les filles » de Marie Amachoukeli et Claire Burger, Fiction, France, 2009, 23′

Dans quelques jours, Laetitia obtiendra son brevet professionnel de coiffure. Elle et sa meilleure amie Yeliz pourront concrétiser leur rêve : ouvrir un salon ensemble. Mais avant de passer son examen, Laetitia veut aller à une fête.

cest-gratuit-pour-les-filles

Articles associés : la critique du film, l’interview des réalisatrices

« Maintenant il faut grandir » de Bruno Tondeur, Animation, Belgique, 2012, 8′

Ours a peur du monde extérieur. retranché dans son appartement, qu’il ne quitte que pour se nourrir, il passe son temps sur son ordinateur. Entre les jeux en ligne et les sites pornos il rencontre Cutieflower sur un réseau social. Il en tombe directement amoureux.

« La nuit du 6 au 7 » de Patrice Bauduinet, Fiction, Belgique, 2003, 6′

Au soir du sixième jour, et bien qu’il n’eut envie que de se reposer, Dieu, notre ami à tous, eut un ultime orgasme: il créa et nomma la BINTJE.

la-nuit-du-6-au-7

« Les Salopes » d’Alexandre Triaca, France, Fiction, 2013, 3’50 »

Quand deux jeunes femmes et deux mamies respectables ont une approche radicalement différente de la sexualité et des relations avec leurs partenaires… Deux paires d’amies complices séparées par un fossé : leur choix de vie. A chaque âge ses délires !

les-salopes

En présence du réalisateur.

« Zucht und Ordnung » de Jan Soldat, Documentaire, Allemagne, 2012, 9′

Deux hommes nus âgées dans un cadre élégant qui parlent de leur relation, des bons vieux jours, et de discuter d’une manière émouvante de sincérité de leurs fétichismes, prédilections sadomasochistes et de la servitude.

« The Blindness of the Woods » de Javier Lourenço et Martin Jalfen, Animation, Argentine, 2008, 11′

Dans la froideur des bois de Kiruna, en Suède, une femme aveugle et un bûcheron nouent une relation érotique entre passion et trahison. C’est un ours qui finira par découvrir la trahison…

blindness-of-the-woods-javier-lourenco-martin-jalfen

Article associé : la critique du film

« This Smell of Sex » de Danielle Arbid, Expérimental, Liban, 2008, 26′

« Mes amis de Beyrouth me racontent librement, et dans les détails, leurs expériences sexuelles les plus secrètes, les plus ardentes, les plus obsessionnelles » confie Danielle Arbid, réalisatrice ayant déjà remporté de nombreux prix à Locarno. Des images d’archives très pudiques de jeunes filles alternent avec des plans noirs où hommes et femmes parlent de leurs fantasmes et de leurs expériences marquantes. Les mots et les représentations visuelles créent une tension érotique d’une grande poésie.

Une initiative de Artatouille asbl et Format Court.

Le jeudi 31 octobre à 19h30, cinéma Aventure, 1000 Bruxelles – PAF 6 €

Fuga de Juan Antonio Espigares, Métrange du Format Court 2013 !

Partenaire du festival Court Métrange depuis trois éditions, Format Court vient d’attribuer un nouveau Métrange du Format Court à l’issue de la dernière édition (17-20 octobre). Le Jury Format Court, composé de Julien Beaunay, Xavier Gourdet et Julien Savès, a choisi de primer « Fuga » de Juan Antonio Espigares comme meilleur film de la compétition internationale pour ses qualités graphiques et la diversité de ses techniques d’animation, toutes au service de la narration.

Un dossier spécial consacré à Juan Antonio Espigares sera publié sur notre site. « Fuga » sera également projeté jeudi 13 février 2014 au Studio des Ursulines (Paris, 5ème) dans le cadre de la séance spéciale Format Court dédiée au festival Court Métrange.

Fuga de Juan Antonio Espigares – 15’00 – 2012 – Espagne

Synopis : Sara vient d’arriver au conservatoire de Ste Cécile et découvre qu’il y a plusieurs façons d’interpréter le prisme à travers lequel elle perçoit sa réalité et son talent.

Oh Willy… » de Emma de Swaef et Marc Roels : Métrange du Public – Format Court

À l’issue de la carte blanche Format Court présentée en ouverture du 10ème Festival Court Métrange, ce jeudi 17 octobre 2013, le public rennais a eu l’opportunité de récompenser un film de notre sélection. Le film « Oh Willy »… de Emma de Swaef et Marc Roels (Belgique, France) a ainsi remporté le « Métrange du Public – Format Court »  parmi les six films programmés. En l’absence des réalisateurs, Mathieu Courtois, l’un des co-producteurs du film (Vivement lundi !) a reçu le prix des mains de Katia Bayer, la Rédactrice en chef du site.

Court-Metrange

Court-Metrange1

 Actus associées : Festival Court Métrange 2013, le palmarès« Fuga » de Juan Antonio Espigares, Métrange du Format Court 2013 !

Festival Court Métrange 2013, le palmarès

Le Festival Court Métrange s’est terminé ce weekend. En voici le palmarès.

Prix du Jury (Tchéky Karyo, Anna dʼAnnunzio, Loîc Valceschini, Jean-Michel Roux, Nicolas Boulaire, Bertrand Nail, Christophe Taudière et Corinne Bernard)

Grand Prix Court Métrange : Misterio de Chema Garcia Ibarra (Espagne / 2013 / 11′)

Méliès d’Argent : Cebu de Pablo Pelaubre (France / Cuba / 2012 / 12’00 »)

Métranges des partenaires du festival

Métrange France-Télévision : Flytopia de Karni Arieli, Saul Freed (Royaume-Uni / Hongrie / 2012 / 20’00 »)

Métrange Beaumarchais : Peau de chien de Nicolas Jacquet (France / 2012 / 13’20 »)

Métrange du Format Court : Fuga de Juan-Antonio Espigares (Espagne / 2012 / 15ʼ)

Métranges du Public

Sélection NIFF : Employé du mois dʼOlivier Beguin (15ʼ / 2011 / Suisse)

Sélection Format Court : Oh Willy… de Emma de Swaef, Marc Roels (Belgique / France / 17ʼ)

Sélection Make It Short : Record / Play de Jesse Atlas (USA / 2012 / 11′)

Sélection Les Monstres s’émerveillent : Vienna Waits for You de Dominik Hartl (Autriche/ 2012 / 26’17 »)

Métranges du jeune Public

Elémentaires : Nuisibles, de E. Hupin, H. Baldzuhn et P. Nahoum (4ʼ26 / France) Collèges : LʼHéritage de Michaël Terraz (22ʼ20 / 2012 / Suisse)

Lycées : Hôtel de José Luis Aleman (11ʼ20 / 2012 / Espagne)