Équipe

Découvrez en quelques lignes les membres de l’équipe de Format Court à travers leur biographie et leurs trois courts de cœur.

Katia Bayer, Rédactrice en chef (lire ses articles)

katiabayer

Katia Bayer n’est ni une personnalité, ni une artiste, ni une femme politique, et encore moins un personnage historique. Attirée par le singulier, le malicieux, l’inventif et le chouette, elle est à l’origine de Format Court.

– Emilie Muller de Yvon Marciano (France, 1993)
– Gratte-Papier de Guillaume Martinez (France, 2005)
– Tanghi Argentini de Guido Thys (Belgique, 2006)

Amaury Augé, rédacteur (lire ses articles)

amaury-auge

Amaury Augé est un mystère. Pas une de ces pâtisseries qu’on trouve chez le vieux Miko, mais un de ces jeunes mecs qui cultive le secret comme d’autres aiment faire pousser le potiron. Si il lui arrive de bosser dans le ciné US ou FR, il n’en est pas pour autant un pantin et encore moins un coordinateur à la (ra)masse. Son truc, c’est de ne faire qu’un avec les poules. Pas étonnant, vu qu’il est le seul soigneur animalier de ce site. Si vous aussi, vous avez à la maison une vache timide ou un papillon anorexique, ne vous angoissez plus. Contactez-le.

– Induction de Nicolas Provost (Belgique, 2006)
– La route des hêtres de Antoine Parouty (France, 2005)
– La vie lointaine de Sébastien Betbeder (France, 2008)

Fanny Barrot, rédactrice (lire ses articles)

fanny-barrot

Toujours un peu gamine, c’est auprès des enfants qu’elle a commencé à parler de courts métrages parce que leur regard est sans concession. Après avoir fait ses armes auprès de ce public difficile (!), elle s’offre une cure de jouvence auprès des grandes personnes en devenant film commissionner pour une bien belle région de la province française. De fil en aiguille, de festivals en plateaux de tournage, elle confirme son amour pour la liberté de création qui existe dans le format court. Ne comprenant pas toujours l’intérêt des sentiers battus, elle aime détourner son regard du droit chemin et fureter vers des horizons plus expérimentaux.

– Stille Nacht I-IV, 1988-1993, Frères Quay (Royaume-Uni)
– We Have Decided Not to Die, 2003, Daniel Askill (Australie)
– Ca sera beau (From Beyrouth, with love), 2005, Wael Noureddine (France, Liban)

Julien Beaunay, rédacteur (lire ses articles)

beaunay2

Sa photo l’atteste, Julien est un garçon désopilant. Malgré une scolarité calamiteuse, il est pourtant parvenu à arracher un vague diplôme supérieur dans une université parisienne peu regardante. Grâce à son égo démesuré, il est ensuite parvenu à convaincre quelques âmes égarées à l’aider à commettre quelques courts métrages. Julien a maintenant un vrai métier. Il se lève tous les matins à 6h et réserve les premières lueurs du jour pour écrire, tourné vers l’est, des articles sur les courts métrages qu’il a gardé en mémoire.

– La Jetée de Chris Marker (France, 1963)
– World of Glory de Roy Andersson (Suède, 1991)
– La vieille dame et les pigeons de Sylvain Chomet (France, 1998)

Marie Bergeret, rédactrice (lire ses articles)

marie-bergeret

Quand elle n’est pas en train de corriger des copies, Marie Bergeret écrit pour la revue INSOTI. Cette aventurière, curieuse de tout, a longtemps hésité à embrasser la carrière d’hôtesse de l’air, projet qu’elle a dû très vite abandonner pour cause de format (trop) court. Ce n’est finalement pas un hasard si on la retrouve aujourd’hui au détour d’un site consacré à ce cinéma original et fait sur mesure.

– Ilha das flores (L’île aux fleurs) de Jorge Furtado (Brésil, 1989)
– Bloody Olive de Vincent Bal (Pays-Bas, 1996)
– Shyol tramvay n°9 (The tram n°9 was going) de Stephan Koval (Ukraine, 2008)

Juliette Borel, rédactrice (lire ses articles) juliette-borel Après la faculté de lettres à Lyon, Juliette est venue vivre en Belgique pour étudier le cinéma. Conquise par Bruxelles, elle y réside depuis 10 ans maintenant. Projectionniste dans une salle de quartier, elle conjugue ses deux amours, littérature et cinéma, en travaillant les formes brèves et le goût de la narration avec une pratique de l’art du conte et sa participation à Format Court…

– Figs in motion de Trevor Anderson (Canada, 2010)
– La tête en bas de Maxime Giroux (Québec, 2013)
– Palinsesti Dal Carcere de Gabriele Raimondi (Italie, 2009)

Adi Chesson, secrétaire de rédaction, rédacteur (lire ses articles)

adi-chesson

Sa petite vingtaine passée à Bombay lui apparaît aujourd’hui comme un beau souvenir en sépia. Depuis, Adi Chesson a rencontré l’équipe de Format Court à Bruxelles. Entre les crash courses d’informatique et les courts crachés dans tous les sens, il estime cette rencontre fort fructueuse.

– Le Tentazioni del dottor Antonio (Les Tentations du docteur Antonio) de Federico Fellini (Italie, 1962)
– Saute ma Ville de Chantal Akerman (Belgique, 1968)
– The Changing Man de Rami Fischler (Australie, 2006)

Georges Coste (lire ses articles)

Photo Georges Coste

Écrire sur le cinéma n’est déjà pas aisé, il faut trouver un film préféré, un genre préféré, le genre de Georges ? Pas évident. La SF, oui mais aussi l’animation, le documentaire, le film social qui en déjoue les codes, les chroniques ou les histoires très écrites. Le court-métrage comme un plateau de fromages bigarrés et autant de propositions de cinéma. Du cinéma, il y en a dans la vie de Georges, de manière transversale avec des ateliers, des articles, des présentations de séance et beaucoup de festivals, derrière ou devant le programme.

– Una Furtiva Lagrimade de Carlo Vogele (Etats-Unis, 2012)
– Jiminy d’Arthur Môlard (France, 2013)
– La Main sur la gueule d’Arthur Harari (France, 2007)

Agathe Demanneville, rédactrice (lire ses articles)

agathe-demanneville

Once upon a time, au détour d’études anglophones et de séjours à l’étranger, Agathe Demanneville a découvert le cinéma américain, mais a vite compris qu’il n’y a pas que les Etats-Unis qui comptent ! De festival en festival, elle a développé une curiosité grandissante pour le format court, et un goût prononcé pour l’insolite et le poétique. Incapable de rester en place, passionnée de danse, elle aime le mouvement et les voyages, réels ou imaginaires, et part à la recherche d’images qui la transportent toujours un peu plus loin, partageant son temps entre les salles obscures, l’écriture et la programmation.

– Le Dernier Chaperon Rouge de Jan Kounen (France, 1996)
– Boro in the Box de Bertrand Mandico (France, 2011)
– Fucking, Drifting, Grasping, City Lights de Ola Jankowska (Royaume-Uni, 2012)

Xavier Gourdet, rédacteur (lire ses articles)

xavier-gourdet

Gratte-papier, gratte-clavier, traîne-savates de festivals, touche-à-tout du format court, nomade de la programmation, Xavier Gourdet sort rarement sans un écran sous le bras, une caméra à l’épaule, des idées farfelues en tête, et la plume affûtée qu’il trempe dans les délicieuses soupes de son Auvergne d’adoption. Il collabore à Format Court depuis 2011.

– Hasta los huesos de René Castillo (Mexique, 2001)
– Undo de Jean-Gabriel Périot (France, 2005)
– The heart of the world de Guy Maddin (Canada, 2000)

Lola L’hermite, rédactrice (lire ses articles)

Lola L'HERMITE

Quelque part entre la mélancolie de M. de Sainte Colombe et le surréalisme psychédélique, Lola cultive un imaginaire pluriel qui se retrouve jusque dans son goût prononcé pour les courts métrages décalés, extravagants et étranges. D’ailleurs, elle avoue une petite faiblesse obsessionnelle pour les histoires qui soulèvent la problématique « du pourquoi, du comment » chez l’Être Humain. De la réalisation au montage, ce qui l’anime c’est avant tout la conception de projets vidéos aux univers forts, qui plus est lorsqu’ils se font en collaboration avec des artistes multi-facettes. Avant son voyage sur Mars, qu’elle réserve pour ses vieux jours, Lola investit toute son énergie à faire de sa vie un hymne à la sensibilité.

– Black Diamond de Samir Ramdani (France, États-Unis, 2014)
– Man on the chair de Dahee Jeong (France, Corée du Sud, 2014)
– Habana de Edouard Salier (France, 2014)

Mathieu Lericq, rédacteur (lire ses articles)

Mathieu Lericq

Mathieu Lericq a vu le jour en 1988 à Sens (Bourgogne). Tout en rédigeant un Master en Études Cinématographiques à l’Université Paris 3, il partage ses activités entre l’analyse des films, la création et l’organisation de rencontres autour du cinéma. Il aime s’abandonner dans la vie comme dans les films, et lorgne souvent en direction de l’est de l’Europe. Pour lui, le travail critique est un moyen d’apprendre à voir et de découvrir les formes de surgissement de la mémoire dans le présent.

– A propos de Nice de Jean Vigo (France, 1930)
– Pourvu qu’on ait l’ivresse de Jean-Daniel Pollet (France, 1958)
– La Jetée de Chris Marker (France, 1962)

Zoé Libault, rédactrice (lire ses articles)

zoe-libaut

Zoé Libault est une grande mangeuse de cinéma.  Il n’y a pas un jour sans qu’elle ne voie un film, une semaine sans qu’elle n’aille au cinéma. Venant tout juste de finir ses études de cinéma puis de gestion des organisations culturelles, elle vient d’entamer un marathon des festivals en bénévole, en attendant d’y trouver un vrai travail. Voulant contribuer à la diffusion du cinéma de qualité et original, elle a rejoint Format Court en 2013 pour l’aider à se développer.

– Stufe drei de Nathan Nill (Allemagne, 2013)
– Foutaises de Jean-Pierre Jeunet (France, 1990)
– Luminaris de Juan Pablo Zaramella (Argentine, 2011)

Camille Monin, rédactrice (lire ses articles)

camille-monin

Baroudeuse, curieuse et amoureuse de la vie en général, Camille ne tient pas en place : pendant des années, elle alterne études et pratique du cinéma, découverte de multiples sports et arts, en plus de petits boulots aux quatre coins du monde. Elle a enfin posé ses valises à Paris pour tenter d’intégrer la grande famille du 7e Art : un jour, elle est auteure de scénarios, le lendemain, coordinatrice de production pour un festival de courts-métrages et rédactrice à ses heures perdues ; elle a du mal à dire « non » et se retrouve très souvent débordée… pour son plus grand plaisir.

– J’aurais pu être une pute de Baya Kasmi (France, 2010)
– Qué divertido de Natalia Mateo (France, 2010)
– On ne mourra pas d’Amal Kateb (France, 2009)

Julien Savès, rédacteur (lire ses articles)

julien-saves

Actuellement « Chargé de diffusion et programmateur » au sein du Collectif Prod, Julien Savès mène de front plusieurs activités dans le secteur de l’audiovisuel par le biais de deux structures de production : Broken (association dont il est le créateur et le Président) et Melting Productions (société). Il a aussi co-créé l’association Contre-Jour (pour la valorisation du processus créatif) et souhaite ardemment reprendre sa carrière de réalisateur.

– La Rue des Crocodiles des Frères Quay (Etats-Unis, 1986)
– Wallace et Gromit : Un Mauvais Pantalon de Nick Park (Royaume-Uni, 1993)
– Flesh d’Edouard Salier (France, 2005)

Franck Unimon, rédacteur (lire ses articles)

franck-unimon

Franck est infirmier en psychiatrie et en pédopsychiatrie depuis 20 ans. Même s’il écrit depuis ce temps-là un livre sur le sujet où le cinéma est évoqué, il s’ingénie obstinément à oublier ce métier une fois hors du service où il exerce. Avant d’écrire pour Format Court et de co-animer avec Katia Bayer les soirées mensuelles Format Court, il a été rédacteur au mensuel de cinéma Brazil pendant près de trois ans, a suivi des études de criminologie une année et a fait du théâtre durant une décennie. Il fait toujours le comédien quand il le peut. Pour lui, aller au cinéma, c’est comme aller à la messe. Quelques fois, il se rend même aux séances avec son orgue portatif afin de tenter de raisonner les âmes dédiées aux ébats du pop corn ainsi qu’aux ingestions cathartiques de boissons destinées à de futurs diabétiques.

– Love you more de Sam Taylor-Wood (Royaume-Uni, 2008)
– La Dérive de Mathieu Salmon (France, 2011)
– I Am Tom Moody d’Ainslie Henderson (Royaume-Uni, 2012)

Marc-Antoine Vaugeois, rédacteur (lire ses articles)

marc-antoine

Boulimique de films à l’adolescence, démissionnaire de la faculté de Caen où il s’ennuie durant six mois, Marc-Antoine choisi d’embrasser tôt le destin d’autodidacte. Il se lance dans le monde du cinéma armé de sa passion, de sa curiosité et de son envie d’apprendre sur le terrain. Le hasard des rencontres l’amène à faire ses premiers pas en tant qu’acteur devant les caméras. Le besoin d’écrire, de confronter ses idées et de défendre les propositions de cinéma qui le touchent se précise lorsqu’il découvre les festivals de courts-métrages. En rejoignant l’équipe de rédacteurs de Format Court, il se lance dans l’écriture de critiques, ajoutant une nouvelle corde à son arc tout en développant l’envie de réaliser à son tour.

– La neige au village de Martin Rit (France, 2008)
– Barres de Luc Moullet (France, 1983)
– L’Ambassadeur et moi de Jan Czarlewski (Suisse, 2011)

2 réflexions sur “ Équipe ”

Les commentaires sont fermés.