Archives par mot-clé : Festival Court Métrange

Oh Willy… de Emma de Swaef et Marc Roels

Oh Willy… de Emma de Swaef et Marc Roels

On nous l’annonce sur la pochette du DVD, « Oh Willy », réalisé par Emma de Swaef et Marc Roels, a reçu quelques 75 récompenses et il s’agit du film flamand le plus primé de tous les temps. A Format Court, nous avions repéré le film lors de sa première sélection française au festival de Clermont-Ferrand en 2012. Programmé récemment lors de notre carte blanche au festival Court Métrange (où il a remporté le Métrange du public), « Oh Willy » est désormais disponible en DVD en Belgique et aux Pays-Bas, et on ne se lasse pas de le revoir, avec quelques bonus en prime.

La Maison de poussière de Jean-Claude Rozec

La Maison de poussière de Jean-Claude Rozec

C’est en voisin que Jean-Claude Rozec a présenté son film au festival Court Métrange de Rennes, puisque c’est dans cette ville que sont basés ses producteurs et que lui-même est originaire de la région. La remarque n’a rien d’anodin si l’on ajoute que la question du foyer (à la fois la famille et le quartier) est justement au cœur de « La Maison de poussière », le très beau troisième court-métrage d’animation du réalisateur.

A Living Soul d’Henry Moore Selder, Prix Format Court à Court Métrange 2014

A Living Soul d’Henry Moore Selder, Prix Format Court à Court Métrange 2014

La 11ème édition de Court-Métrange s‘est clôturée ce samedi 18 octobre , à Rennes. Le jury Format Court (composé de Sylvain Angiboust, Julien Beaunay, Georges Coste et Julien Savès) a remis à cette occasion le Métrange du Format Court au film suédois « A Living Soul » d’Henry Moore Selder, parmi les 29 films de la compétition internationale.

Retour en images sur les séances Format Court de janvier (anniversaire) et février (Court Métrange)

Retour en images sur les séances Format Court de janvier (anniversaire) et février (Court Métrange)

Aujourd’hui, 13 mars, a lieu notre séance mensuelle consacrée au Festival de Brest, organisée au Studio des Ursulines, à Paris. L’occasion pour nous de revenir en arrière sur nos deux dernières projections de courts, celle du 16 janvier (séance anniversaire « 5 ans ») et celle du 13 février (Spéciale Court Métrange), en présence des équipes présentes. Voici les photos de ces deux soirées, capturées par l’objectif de Zoé Libault et de Laura Bénéteau.

Juan Antonio Espigares : « Nous avons réussi à élaborer un procédé artistique extrêmement organique, dans lequel le travail des uns inspirait celui des autres »

Juan Antonio Espigares : « Nous avons réussi à élaborer un procédé artistique extrêmement organique, dans lequel le travail des uns inspirait celui des autres »

En entretien, Juan Antonio Espigares, le réalisateur de « Fuga », Prix Format Court au dernier festival Court Métrange, revient sur son parcours et son film, subtil mélange de recherches visuelles et sonores. Techniques d’animation variées, rapport étroit avec le compositeur, exploration des limites, … : le cinéaste andalou nous décrypte son film et sa construction.

Rappel. Soirée Format Court, spéciale Court Métrange, ce jeudi 13 février

Rappel. Soirée Format Court, spéciale Court Métrange, ce jeudi 13 février

Le magazine en ligne Format Court vous convie à sa nouvelle séance « spéciale Court Métrange », ce jeudi 13/02, à 20h30, au Studio des Ursulines (Paris, 5ème). Découvrez lors de cette soirée une sélection de films de fiction et d’animation fantastiques, étranges, insolites, aux formes bizarres et débridées, en présence de Cédric Courtoux (programmateur), Olivier Calmel, Pauline Seigland (« L’Art des Thanatier ») et Renaud Bajeux (« Peau de chien »), Sacha Feiner et Chloé Morier («Un Monde Meilleur », sous réserve).

Soirée Format Court, spéciale Court Métrange, jeudi 13 février, à 20h30, au Studio des Ursulines (Paris, 5ème)

Soirée Format Court, spéciale Court Métrange, jeudi 13 février, à 20h30, au Studio des Ursulines (Paris, 5ème)

Après trois Prix Format Court remis au festival Court Métrange (Rennes) et au vu des dix ans de la manifestation, nous organisons notre prochaine projection Format Court aux couleurs du Festival, le 13 février prochain, au Studio des Ursulines (Paris, 5ème). Découvrez lors de cette séance spéciale un aperçu de ce qui fait la force de Court Métrange, avec une sélection de films de fiction et d’animation étranges, insolites, aux formes bizarres et débridées, qui repoussent les limites du réel et laissent le spectateur hagard, perdu dans une sorte de rêve éveillé.

Mathieu Berthon : « Mes films sont en quelque sorte du cinéma coup de poing que je continue toujours à faire, car même maintenant j’ai encore des difficultés à m’insérer dans une méthode de tournage plus classique, le sujet même de mes films ne me permettant pas de faire les choses dans les règles »

Mathieu Berthon : « Mes films sont en quelque sorte du cinéma coup de poing que je continue toujours à faire, car même maintenant j’ai encore des difficultés à m’insérer dans une méthode de tournage plus classique, le sujet même de mes films ne me permettant pas de faire les choses dans les règles »

Auteur d’une poignée de courts métrages grindhouse à l’humour ravageur et à l’imagerie furieuse, mais aussi du moyen métrage « Le Réserviste », hommage vibrant aux actioners eighties déviants, Mathieu Berthon a répondu à nos questions lors de son passage à Court Métrange pour présenter le film « Feed To Kill », sélectionné en hors-compétition. Découvrez un réalisateur passionné qui, faute de ne rentrer dans aucune case, s’est créé la sienne et l’investit avec acharnement. Découvrez un réalisateur passionné qui, faute de rentrer dans aucune case, s’est créé la sienne et l’investit avec acharnement.

Christophe Taudière : « Quand on fait ce métier, c’est important d’être curieux et d’avoir envie de découvrir de nouveaux auteurs, de nouveaux films et de nouvelles visions de l’existence et du monde »

Christophe Taudière : « Quand on fait ce métier, c’est important d’être curieux et d’avoir envie de découvrir de nouveaux auteurs, de nouveaux films et de nouvelles visions de l’existence et du monde »

Responsable du pôle court métrage de France Télévisions et chargé de programme de l’émission « Histoires courtes » sur France 2, Christophe Taudière soutient la forme courte depuis dix ans. À l’occasion d’un autre anniversaire, celui des dix ans du festival Court Métrange, il évoque longuement les prix France 2 remis en festival, la notion de coup de coeur, l’éclectisme, l’image du court métrage, le suivi des jeunes auteurs et la mise en valeur du court sur le web.

L’étrange programmation du dixième Court Métrange

L’étrange programmation du dixième Court Métrange

Dès le début du mois d’octobre, c’est avec une effervescente impatience que nous guettions d’un œil avide le contenu de la dixième programmation de Court Métrange. À Format Court, la tradition veut que l’automne soit l’heure de cet immanquable rendez-vous breton, l’occasion de trois jours d’immersion apnéique dans le bouillon créatif du court-métrage fantastique.

Benjamin Leroy : « Le format court possède des spécificités bien particulières, comme la découverte d’un auteur, l’éclosion d’un univers, mais aussi, l’expérimentation, la liberté de tenter des choses audacieuses que l’on ne retrouve pas forcément de la même manière dans un format plus long »

Benjamin Leroy : « Le format court possède des spécificités bien particulières, comme la découverte d’un auteur, l’éclosion d’un univers, mais aussi, l’expérimentation, la liberté de tenter des choses audacieuses que l’on ne retrouve pas forcément de la même manière dans un format plus long »

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas à un réalisateur, un acteur ou à un producteur que nous avons posé nos questions, mais à un programmateur. Benjamin Leroy, initiateur du blog Make it Short, a fait sa place depuis quelques années dans le milieu du court métrange de genre et collabore régulièrement avec les festivals les plus prestigieux (Court Métrange, PIFFF, NIFFF, Extrême Cinéma, etc.). Dans le cadre d’une carte blanche Make It Short présentée à Court Métrange, nous avons rencontré ce féru de cinema de genre qui nous parle de son travail de programmation, une activité indispensable très peu médiatisée.

David Le Bozec : « J’ai l’impression que de façon générale, la place de la mort dans notre société a changé. Le personnage de Prosper Thanatier est une sorte de dernier garant des valeurs traditionnelles qui mettent la mort au cœur de la société, les cimetières au cœur du village »

David Le Bozec : « J’ai l’impression que de façon générale, la place de la mort dans notre société a changé. Le personnage de Prosper Thanatier est une sorte de dernier garant des valeurs traditionnelles qui mettent la mort au cœur de la société, les cimetières au cœur du village »

Tout juste auréolé du prix du public au festival Cine Fantástico y de Terror de San Sebastian, David Le Bozec revient sur la préparation et la conception de son premier court-métrage d’animation “L’Art des Thanatier” à l’occasion de sa programmation au Festival Court Métrange de Rennes.