Archives par mot-clé : Belgique

R comme Rosita

R comme Rosita

Au cœur d’une fête foraine, Rosita, une voyante déchue, et Raoul, son assistant dévoué, luttent pour maintenir une clientèle qui se fait de plus en plus rare. Les catastrophes s’enchaînent, et ils se trouvent de plus en plus démunis.
Réal. : Dominique Abel, Fiona Gordon
Fiction, 13′, 1997
Belgique

Rosita de Dominique Abel et Fiona Gordon

Rosita de Dominique Abel et Fiona Gordon

Réalisé en 1997, trois ans après leur premier film « Merci Cupidon », « Rosita » est le deuxième court métrage de Dominique Abel et Fiona Gordon. Consolidant l’évolution du duo comique vers l’expression cinématographique, ce film de 13 minutes, quasiment introuvable pour le grand public, se démarque de leur filmographie pour être le seul à avoir été écrit et filmé sans la collaboration du réalisateur Bruno Romy. Il s’inspire d’ailleurs directement d’une de leur création théâtrale, « Poison » (1994).

Abel, Romy & Gordon

Abel, Romy & Gordon

3 courts, 3 longs, 3 noms : Fiona, Dominique et Bruno. L’esthétique de ces Belges et de ce Français de cœur repose sur la force du trio. Depuis le commencement de leur collaboration, ils bricolent, écrivent, et s’essayent à 6 mains. Après avoir essuyé les planches avec des spectacles de clowns, ils se prennent au jeu du cinéma dans les années 90. Dès leurs débuts à l’écran, le style est enlevé, la mise en scène surprenante. S’inspirant des grands noms du burlesque tels Tati ou Chaplin, leurs films n’en sont pas moins inventifs.

Dimanches de Valéry Rosier

Dimanches de Valéry Rosier

Lorsque le cinéma s’endimanche, il ne se pare d’aucun costume taillé sur mesure ni d’aucune cravate frivole, autrement dit il ne s’encombre pas de signes apparents du rituel social, dans l’attente des réjouissances religieuses ou du bal populaire. Ses habits sont plutôt ceux d’un vagabond sans âge, marchant à travers la ville pour marquer au sol la trajectoire déviante du monde. Les temps auraient-il changé ? Affirmatif. Les temps ne sont plus aux rites vitalisés mais aux rythmes lents des existences sans finalités, dégonflées, grisâtres. Le dimanche, non plus que le jour du Seigneur, est le jour du vide à combler.

Valéry Rosier : « Un court, ça part d’un sentiment. On peut parler pendant 20 minutes de ce sentiment-là ».

Valéry Rosier : « Un court, ça part d’un sentiment. On peut parler pendant 20 minutes de ce sentiment-là ».

De l’ingénierie au cinéma, il n’y a qu’un pas. Du cafard dominical à un film primé à la Semaine de la Critique aussi. Des raisons suffisantes pour rencontrer Valéry Rosier, réalisateur très spontané de « Dimanches », autour de l’ennui, du trouble, des comédiens non professionnels, du mélange entre fiction et documentaire et de l’improvisation.

Ann Sirot et Raphaël Balboni : inventeurs d’univers décalés

Ann Sirot et Raphaël Balboni : inventeurs d’univers décalés

Sirot-Balboni, le nom sonne comme un remède à la morosité ambiante et pour cause, à en juger leur dernier film “La Version du loup” qui revisite avec beaucoup d’humour, le conte du “Petit chaperon rouge”. Sélectionné en compétition nationale au Festival du court métrage de Bruxelles, le film a reçu une Mention Spéciale pour le Prix Be TV. Rencontre avec le couple qui subit les influences positives de Gilliam, Fellini, Greenaway ou encore Abel et Gordon.

D comme Dernière partie

D comme Dernière partie

Ingrid, jeune archéologue appelée par le département pour effectuer une investigation dans une chapelle située sur un domaine privé, débarque dans un espace hors du monde. Les deux autochtones coexistent dans une relation ambiguë et suivant des codes compris d’eux seuls. La présence d’Ingrid dans cet univers jusqu’ici préservé, va peu à peu pervertir le jeu de Redwann et Lise, jusqu’à le rendre impossible.
Réal. : Ann Sirot, Raphaël Balboni
Fiction, 15′, 2008, Belgique

La Version du loup d’Ann Sirot et Raphaël Balboni

La Version du loup d’Ann Sirot et Raphaël Balboni

On connaissait déjà le duo Sirot-Balboni pour son penchant pour l’étrange et le décalé. Mais si l’univers s’engouffrait dans les méandres d’un psychologisme angoissant dans « Dernière partie » et « Juste la lettre T » , avec « La Version du loup », sélectionné en compétition nationale au Festival du court métrage de Bruxelles où il a remporté une Mention spéciale pour le Prix BeTV, le ton change radicalement. Le film revisite joyeusement le célébrissime conte du « Petit chaperon rouge ».

V comme La Version du loup

V comme La Version du loup

Comme dans le conte traditionnel, le loup convoite le petit chaperon rouge et se déguise pour arriver à ses fins. Mais dans cette version, le loup, lassé de sa cruelle réputation, rétablit la vérité et dévoile un petit chaperon plus espiègle que la candide fillette de la légende.
Réal. : Ann Sirot et Raphaël Balboni
Fiction, 10′, 2010
Belgique

Le Brussels Short Film Festival – 14ème édition

Le Brussels Short Film Festival – 14ème édition

Le Brussels Short Film Festival inaugurera sa 14ème édition le 28 avril et la clôturera le 8 mai prochain. En plein cœur de Bruxelles, ouvert à tous les publics, le Festival présente deux compétitions (une nationale et une internationale) offrant l’aperçu le plus riche possible de la création 2010. En dehors des compétitions, sont bien évidemment au rendez-vous les traditionnelles séances Grands Réalisateurs, les Très courts, les Courts mais Trash, la séance European Film Award (EFA) ainsi que deux séances dédiées à la Hongrie.