Short Screens #24 : Spécial « Animation »

De retour dans un nouveau lieu au cœur de la capitale belge, Short Screens débute sa saison 2013 avec une programmation captivante qui fait la part belle du cinéma de l’animation!

Rendez-vous le jeudi 28 mars à 19h30 au cinéma Aventure (Galerie du centre 57, 1000 Bruxelles) ! PAF : 6 euros.

Une collaboration entre Format Court et Artatouille asbl

Au programme, huit petits films à l’univers aussi poétique que décalé :

Mount Head de Koji Yamamura. Japon, 2002, Animation, 10′

Un homme radin a l’habitude de manger les noyaux des cerises. Un cerisier lui pousse sur le crâne et à partir de ce moment, les gens affluent pour y pique-niquer. Ce film est une interprétation moderne d’un conte traditionnel du Japon.

Oh Willy… de Emma de Swaef et Marc James Roels. Belgique, France, Pay-Bas, 2011, Animation, 17′

À la mort de sa mère, Willy retourne dans la communauté de naturistes au sein de laquelle il a grandi. Rendu mélancolique par ses souvenirs, il décide de fuir dans la nature où il trouve la protection d’une grosse bête velue.

Girls’ Night Out de Joanna Quinn. Royaume-Uni, 1998, Animation, 6′

Quand les copines de Beryl l’emmènent dans un club de strip-tease masculin pour son anniversaire, celle-ci ramène un souvenir à la maison.

Si j’étais un homme de Margot Reumont. Belgique, 2012, Animation, 5′

Marie Brune, Mouna, Florence, Emilie et Sabrina décrivent tour à tour la personne qu’elles seraient si elles étaient un homme.

Tram de Michaela Pavlátová. France, République tchèque, 2012, Animation, 7′

Comme chaque matin, les hommes prennent le tramway pour se rendre au travail. Ce jour-là pourtant, au rythme des tickets introduits dans le composteur, le véhicule s’érotise et le désir de la conductrice transforme la réalité en un délire surréaliste et phallique.

Danny Boy de Marek Strobecki (Prix Format Court au festival Court Métrange 2011). Suisse, Pologne, 2010, Animation, 10′

Un jeune poète tombe amoureux dans un monde qui semble perdu. Une ville attend le déroulement d’un drame. Un temps de tristesse et de conformité, un temps de décisions. Derrière les nuages sombres du monde il y a de la lumière, de l’espoir et de la poésie.

I Am Tom Moody d’Ainslie Anderson (Prix Format Court au Festival Anima 2013). Royaume-Uni, 2012, Animation, 7′

Une virée surréaliste dans le subconscient d’un musicien étouffé qui voudrait chanter.

The Werepig de Sam Orti. Espagne, 2008, Animation, 17′

Deux Américains vont en Espagne et découvrent une nouvelle façon de manger ou de se faire manger.

Une réflexion sur “ Short Screens #24 : Spécial « Animation » ”

  1. Six euros, ce n’est vraiment pas cher ! C’est surtout Danny Boy que j’ai envie de visionner. D’après la description, c’est tout un univers poétique à découvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *