Log Jam (« The Log », « The Rain », « The Moon », « The Snake ») de Alexei Alexeev

On prend les mêmes et on recommence

Après le succès de « KJFG n°5 », Alexei Alexeev a crée une série de quatre petits films, chacun d’une durée d’une minute, pour le compte de la chaîne de télévision Nickelodeon. En juin, « Log Jam » (« The Log », « The Rain », « The Moon », « The Snake ») a reçu le Cristal pour une production TV, à Annecy. L’ours, le loup, et le lapin en ont profité pour fêter leur prix. Avant de se remettre à jouer leur morceau favori.

Les vrais musiciens s’entraînent partout et nulle part. Même par temps de pluie, sous la lune, à proximité d’une souche ou d’un serpent, le trio farfelu de Alexei Alexeev poursuit ses répétitions. Comme à l’accoutumée, l’ours est à la basse, le loup fait office de chanteur hurleur, et le plus petit, le lapin, marque la mesure avec sa tête et ses pattes. Depuis le début de leur carrière, la forêt est leur scène, leur public est inexistant, et leur morceau reste invariablement le même.

Doté du Prix SACEM de la musique originale à Annecy en 2008, « KJFG n°5 » est un film d’animation à part, qui doit sa valeur à sa simplicité, son originalité et son humour. Certains traits plus spécifiques, comme l’esprit absurde, l’absence de dialogues, la mélodie devenue tube, la durée limitée, et le tracé ludique, se retrouvent d’ailleurs en filigrane dans ces quatre nouvelles pastilles.

Pour éviter la répétition, l’animateur à tout faire (dessin, storyboard, graphisme, décor, layout, …) a diversifié les situations, l’enchaînement des gags, les chutes, et le positionnement de ses personnages, tout en privilégiant une durée plus courte que « KJFG ». Chaque segment de la série dure en effet une minute. Il n’en faut pas plus pour que l’ours, le loup, et le lapin, soient perturbés dans leurs répétitions. Que ce soit à cause d’un nuage, d’une pomme de pin, d’un serpent gourmand, ou d’une déglutition qui dérape.

Katia Bayer

Consulter la fiche technique de la série

Articles associés : la critique de KJFG n°5, l’interview d’Alexei Alexeev

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *