Gabriel Abrantes. Le court : un moyen d’expérimenter, de s’affranchir

Nouvelles perspectives et cinéma hybride. Auteur de nombreux courts, Gabriel Abrantes a reçu il y a un an le Grand Prix Nespresso à la Semaine de la Critique pour son premier long métrage Diamantino co-réalisé avec Daniel Schmidt.

Cette année, il revient à Cannes, à la Quinzaine des Réalisateurs plus précisément, avec un nouveau court, Les Extraordinaires mésaventures de la jeune fille de pierre, produit par Les Films du Bélier et Artificial Humors.

Interview : Katia Bayer

Image, montage : Gaspard Richard-Wright

Son : Elsa Levy / Maëva Andrieux

Remerciements : Jean-Charles Canu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *