Carte blanche Format Court à Marseille

À Marseille, l’association « Des courts l’après-midi » propose tous les premiers samedis du mois à 16h des projections gratuites de courts métrages contemporains au Cinéma le Miroir du Centre de la Vieille Charité à Marseille. Samedi 7 avril 2018, à 16h, Format Court bénéficiera d’une nouvelle carte blanche. Katia Bayer (Rédactrice en chef) et Aziza Kaddour (membre de l’équipe et assistante au département court-métrage du CNC) présenteront la séance. Si vous êtes à Marseille, venez nous voir et découvrir notre sélection !

Programmation

Negative Space de Max Porter et Ru Kuwahata. Animation, 5’30 », 2017, France, Ikki Film. Mention Prix André Martin et Prix Fipresci au Festival d’Annecy 2017

Synopsis : Mon père m’a appris comment faire une valise.

Article associé : la critique du film

Un juego de niños de Jacques Toulemonde Vidal. Fiction, 18′, 2010, France, Colombie, Noodles Production. Prix Égalité et Diversité au Festival de Clermont-Ferrand 2011

Synopsis : Pablo, un adolescent issu de la bourgeoisie bogotaine, est agressé par Leo, un jeune homme à peine plus vieux que lui aux origines défavorisées. Pour sauver sa vie, Pablo emmène Leo chez son meilleur ami, Federico. Dans l’appartement de ce dernier, ils se découvrent des goûts, des envies, des problèmes communs. Une ébauche d’amitié pourrait s’esquisser, mais la peur finit par prendre le dessus.

Peine perdue de Arthur Harari. Fiction, 40′, France, 2013, Bathysphère Productions. Prix Format Court au Festival de Brive 2014

Synopsis : Une fin d’après-midi au bord d’une rivière, un concert près de l’eau. L’étrange Rodolphe remarque Alex, jeune homme timide qui n’a d’yeux que pour Julia, parisienne en vacances. Rodolphe entreprend de l’aider, à sa manière.

Articles associés : la critique du filml’interview d’Arthur Harari

Mon homme (poulpe) de Stéphanie Cadoret. Animation, 8’50, 2016, France,  Marmitafilms. Sélectionné au Festivals Animatou 2017 (Genève) et au Festival Interfilm 2017 (Berlin)

Synopsis : Une jeune femme rentre chez elle. Elle se déshabille, se met en maillot de bain et s’enfonce dans les profondeurs submergées d’eau de son appartement. Peuplée d’une flore aquatique baroque, l’habitation est devenue l’écosystème de son conjoint : un poulpe. Jusqu’au lendemain matin, elle se plie à cet environnement hostile, humide et suffocant qui constitue son quotidien avec son homme (poulpe).

Varicella de Fulvio Risuleo. Fiction, 14’, 2015, Italie, REVOK S.r.l. Sélectionné à la Semaine de la Critique 2015, Prix du Jury au festival Séquence Court-Métrage de Toulouse 2015

Synopsis : La varicelle est inoffensive pour un enfant, mais elle peut être très dangereuse pour un adulte. Quand Maman l’apprend, elle s’inquiète pour son petit Carlo, qui ne l’a pas eue. Il grandit rapidement et il faut donc agir immédiatement. Elle doit trouver le moyen de le rendre malade. Mais qu’en pense Papa ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *