Il fait beau dans la plus belle ville du monde de Valérie Donzelli

Fiction, 12′12″, France, 2007, Les Productions Balthazar

Synopsis : Adèle, une jeune trentenaire, décide de rentrer en contact avec Vidal, un musicien qu’elle admire. À sa grande surprise, celui-ci lui répond. Quelques messages sont échangés et une date de rendez-vous est fixée. Avec beaucoup d’enthousiasme, Adèle va à la rencontre de Vidal. Mais il y a une chose qu’elle n’a pas précisée : elle est enceinte.

« Il fait beau dans la plus belle ville du monde », le deuxième court-métrage de Valérie Donzelli, est une romance estivale qui rappelle les films de la Nouvelle Vague. L’actrice/ réalisatrice joue avec les codes du cinéma de cette époque et s’en moque crûment aussi bien sur la forme (sons trop bruts et désynchronisés avec l’image faite avec une Super 8 donnant au film un aspect désuet) que sur le fond (comédie sentimentale à l’eau de rose entre deux protagonistes un peu gauches et incompatibles vivant une rencontre loufoque). Donzelli utilise son décor comme un personnage supplémentaire du film et fait déjà preuve de cette patte « comique/ auteurisante » qu’on retrouvera plus tard dans ses longs-métrages.

Camille Monin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *