Pandore de Virgil Vernier

Déjà remarqué dans plusieurs festivals, « Pandore » de Virgil Vernier a remporté le Grand Prix France au dernier festival de Brive. Retour sur un court métrage documentaire atypique qui transforme l’arrivée de clients dans une boîte de nuit en un beau moment de cinéma.

Le film est introduit par une citation de La Bruyère : « La ville est partagée en diverses sociétés, qui sont comme autant de petites républiques, qui ont leurs lois, leurs usages, leur jargon, et leurs mots pour rire. » La petite organisation sociale filmée par le réalisateur est celle de noctambules parisiens en proie à une volonté déraisonnée d’assouvir leur besoin de faire partie de la communauté restreinte, et triée sur le volet, de ceux qui passeront la soirée dans la boîte de nuit en question.

Dans les faits, Virgil Vernier a laissé tourner sa caméra à l’entrée de ce qui doit être une boîte de nuit parisienne branchée. Jamais l’on ne verra l’intérieur, le propos n’étant pas de parler de ce qui pourrait se passer dedans mais bien de tout ce qui se joue à l’extérieur du lieu.

pandore-virgil-vernier

Le décor est posé : un trottoir de nuit, le froid de l’hiver, une porte ouverte sur une salle bruyante et devant celle-ci un physionomiste accompagné de son videur. Face à eux, une file de prétendants plus motivés les uns que les autres, prêts à tout pour pénétrer dans l’antre mystérieuse. C’est dans cette opposition frontale que va se dérouler le ballet des admis et des refusés. L’objectif commun des membres de cette société nocturne est d’accéder à un rang supérieur : celui de ceux qui en sont, qui sont entrés, qui ont eu l’aval du maître de la porte.

Dès les premières séquences, on comprend que la caméra ne va pas se contenter de filmer la vie sociale de ce groupe mais choisir des instants évocateurs, tronquer les longueurs, faire des personnages de ces individus et dessiner des contours appuyés d’une micro-société. Virgil Vernier révèle ainsi les enjeux de chaque protagoniste du film par une audacieuse mise en scène du réel.

Ici, les réactions sont, comme dans le théâtre classique, exagérées pour être univoques. Le choix de ceux qui sont élus semble arbitraire et injuste dans ce simulacre de tragédie. Les perdants le seront définitivement alors que pour ceux qui accèdent à l’intérieur, le chemin restera semé d’embuches. Certains seront évincés pour diverses raisons alors que d’autres obtiendront le sésame qui leur ouvrira la porte du carré VIP, trésor ultime dans ce monde de la fête.

Le titre du film « Pandore » évoque bien sûr le mythe du même nom mais il reprend plus largement une thématique souvent abordée dans les récits antiques : la quête d’un haut statut (de dieu ou de demi-dieu) par des individus faibles qui doivent braver des obstacles symbolisés par des monstres, des entités fortes. Virgil Vernier développe une jolie aptitude à manier le rythme pour ne jamais laisser les images porter seules le film, elles soutiennent les propos comme les masques grecs soulignaient les caractères des personnages.

Avec la forme documentaire, où la matière est captée dans le réel, les intentions des protagonistes sonnent toujours vrai. Tant et si bien que le spectateur se prend au jeu de cette micro-société à l’organisation hiérarchique très marquée. Les jeux de pouvoirs sont injustes mais définitifs, les réactions épidermiques. Si l’on était dans la fiction, on reprocherait le sur-jeu, le caractère peu crédible des personnages trop caricaturaux mais il s’agit bien du réel… et celui-ci dépasse parfois la fiction.

Fanny Barrot

Consulter la fiche technique du film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *