Locarno, jour 5 : Kwa Heri Mandima de Robert-Jan Lacombe

Les Pardi di Domani du Festival de Locarno couvrent deux compétitions : l’une, internationale, l’autre, nationale, suisse. Cette année, 11 films figurent dans ce deuxième programme. À Format Court, nous avons par le passé déjà repéré plusieurs courts suisses ayant concouru à Locarno. C’est le cas de Kwa Heri Mandima (Good Bye Mandima) de Robert-Jan Lacombe, un film ayant remporté le Pardino d’or du meilleur court métrage suisse à Locarno en 2010 que nous vous proposons de (re)découvrir aujourd’hui.

Le film, produit par l’ECAL (l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne), s’ouvre sur une photographique panoramique montrant le départ de la famille du réalisateur en Europe. Les Lacombe quittent le Zaïre devant une foule d’amis et de proches de leur village venus leur dire adieu.

Démarre un monologue, ponctué de silences. Le réalisateur parle à l’enfant de la photo, resté sur place, il le tutoie. Il évoque avec intelligence et émotion l’éloignement, le déracinement et les souvenirs, il scrute les détails, zoome les visages de ses amis (Watumu, Angi et Amosi) qu’il a quittés, la foule compacte assistant au départ de l’avion. Il parle aussi de ses identités plurielles, avant et après son départ.

Les images d’archives, les photos de famille, la voix off du réalisateur offrent une matière incroyable à ce film tout simple, terriblement personnel, émouvant et efficace dont les dernières secondes (images VHS, nouveaux silences, révélations) viennent confirmer une grande maîtrise de la mise en scène. Primé à Locarno en 2010 et projeté lors de nos séances Format Court en présence du réalisateur en 2015, le film conserve toute son acuité plusieurs années après sa découverte.

Si ce court vous interpelle, cliquez sur la vidéo ci-dessus :  Retour a Mandima documente le voyage du réalisateur en sens inverse, son retour au Zaïre, sur les traces de son enfance. Le film, nourri également d’images d’archives, réalisé en 2011, fut le film de fin d’études de Robert-Jan Lacombe à l’ECAL.

Katia Bayer

Retrouvez également ces deux films sur notre nouvelle chaîne Vimeo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *