Claire Denis, Présidente du Jury des Courts Métrages & de la Cinéfondation

La cinéaste et scénariste française Claire Denis sera cette année la Présidente du Jury des Courts Métrages et de la Cinéfondation du 72e Festival de Cannes.

Claire Denis succède à Abderrahmane Sissako, Naomi Kawase, Cristian Mungiu et Bertrand Bonello. Avec son jury, elle décernera le jeudi 23 mai les trois prix de la Cinéfondation parmi les 17 films d’étudiants d’écoles de cinéma présentés. Samedi 25 mai, elle remettra la Palme d’or du court métrage lors de la cérémonie de Clôture de la 72e édition du Festival de Cannes.

© C.Alvarez/Getty Images

Depuis plus de 30 ans, Claire Denis occupe une place singulière dans le cinéma contemporain. Elle est la réalisatrice d’une œuvre captivante de 13 longs métrages dont quatre furent projetés en Sélection officielle. Véritable aventurière, elle a imposé, au fil de ses voyages artistiques, son goût de l’observation et de l’expérimentation en naviguant entre introspection et ouverture sur le monde.

Dès Chocolat (1988), première œuvre semi-autobiographique sur l’indépendance du Cameroun et l’Afrique de son enfance – qu’elle retrouvera pour Beau Travail (2000) et White Material (2010), elle marque les esprits et connaît les honneurs de la Compétition cannoise, des César et de la critique.

Avec S’en fout la mort (1990), J’ai pas sommeil (Un Certain Regard, 1994), Nénette et Boni (Léopard d’or, 1996) ou encore 35 Rhums (2008), elle explore un cinéma de la marge et du territoire où les liens entre les êtres sont en constante évolution. La réalisatrice aime à filmer le désir dans l’altérité, les tabous et les interdits, comme dans Trouble Every Day (Séance de Minuit, 2001) ou Les Salauds (Un Certain Regard, 2013).

Audacieuse, libre, Claire Denis n’a cessé de façonner des voyages entre l’inconnu et le familier, jusqu’à High Life (2018) où la puissance de sa mise en scène et son sens de l’ellipse réinventent la science-fiction.

Admiratrice d’Ozu, collaboratrice de Wim Wenders, Jim Jarmusch ou encore Jacques Rivette, c’est aussi une cinéaste citée par la nouvelle génération, de Barry Jenkins à Joachim Trier, qui accompagnera les jeunes réalisateurs de la Sélection 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *