Short Screens #71: À films ouverts – 2ème Clap

Après avoir accueilli en mars le festival “A films ouverts” et découvert les 19 courts métrages en compétition, Short Screens vous offre pour avril, sa sélection bariolée des teintes de l’interculturalité unies contre le racisme. De nombreux films accompagneront les quatre lauréats des prix coups de cœur et de l’engagement de l’édition 2017 pour une programmation diversifiée.

Rendez-vous le jeudi 27 avril à 19h30, au cinéma Aventure, Galerie du Centre, Rue des Fripiers 57, 1000 Bruxelles – PAF 6€

Visitez la page Facebook de l’événement ici!

Programmation:

Patriot de Eva Riley, fiction, Royaume-Uni, 2015, 15’ (National Film and Televison School)

Dans un contexte de tensions raciales dans la communauté anglaise rurale, la vie de la petite Hannah va basculer à jamais quand elle fait la rencontre d’un garçon issu du « mauvais côté ».

Traction de Rory Uphold, fiction, Canada, 2015, 5’ (Rory Uphold / Lije Sarki)

Une comédie gênante sur les premiers rendez-vous et les blagues racistes.

Tusk de Rory Waudby-Tolley, animation, Royaume-Uni, 2014, 5’12”(Royal College of Art)

Tusk est l’histoire d’une femelle mammouth décongelée qui se réveille dans un monde où elle n’arrive pas à trouver sa place.

Dastaar de Javian Ashton Le, fiction, Etats-Unis, 2016, 9’30’’ (Mimi Jeffries / Joseph Mazzella)

Dastaar, référence au nom du turban porté par les sikhs, suit un jeune couple interracial qui se rend à New York au lendemain de l’attaque du 11 septembre, et qui est soudainement confronté à un climat de peur et de suspicions.

Scharzfahrer (Le voyageur noir) de Pepe Danquart, fiction, Allemagne, 1992, 12’15’’ (Trans-Film Vertrieb GmbH)

Dans le tram, un jeune homme noir prend place juste à côté d’une femme blanche âgée. Sur le chemin, la vieille femme pousse une longue série de propos racistes. Les autres passagers, pourtant visiblement mal à l’aise, n’interviennent pas…

Article associé : la critique du film

La théorie des ensembles de Juliette Hamon Damourette, Marc Hericher, Jao-Eka M’Changama, animation, France, 2007, 4’ (ENSAD 2007)

Deux mains se partagent un tableau noir et tentent d’y représenter ce que pourrait être une société. Pas si évident quand le racisme, le communautarisme et l’exclusion s’en mêlent.

Rinkebysvenska (Ghettoswedish) de Bahar Pars, fiction, Suède, 2015, 10’30” (Blondell Production)

Aisatou, comédienne de couleur est engagée pour enregistrer une voix off pour la meilleure agence de publicité de Stockholm, Måns et Petter. La session commence bien, mais bientôt, il est clair que Måns et Petter veulent que l’annonce soit très typée « Ghetto ».

Et, les 4 films primés au FESTIVAL A FILMS OUVERTS 2017 :

ALLO LA TERRE de Nicolas Deru, fiction, Belgique, 3’11’’ (Centre Culturel Arabe en Pays de Liège) Prix du Jury

LE RACISME TUE de Pape Abdourahmane Dieng, fiction, 1’ (La Voix des Sans-Papiers de Liège) Prix du Public

NOIR D’ENCRE de Delphine Watteau et Laurent Van Ruysevelt, fiction/animation, 5’30’’ (Dead End Pictures) Prix du Public

TAMAM de Catherine Levêque, documentaire, 9’08’’ (Centre de Jeunesse de l’Ouest La Baraka asbl) Prix du Publ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *