Magritte du Cinéma, les 2 courts primés

Après les Goya, Format Court poursuit son tour d’Europe des palmarès de courts. En Belgique, la 7ème édition des Magritte du cinéma, récompensant les films belges, a élu le weekend passé deux courts-métrages centrés sur le sexe, soutenus par Arte, dont l’un est encore visible en ligne grâce à Court-Circuit.

Elu Meilleur court métrage de fiction, « Le plombier » de Méryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron est une « comédie érotico-acoustique » sur le doublage d’un film porno, portée par une chouette photo, une musique cool, des plans serrés plus que significatifs, et la fine fleur du court-métrage belge : Tom Audenaert, Catherine Salée, Jean-Benoît Ugeux, Philippe Grand’Henry. Les deux réalisateurs, déjà auteurs de « L’Ours noir », Magritte du court l’an passé, n’arrivent toutefois pas à finir leur film, et « Le plombier » s’embourbe dans ses dernières minutes. Dommage 1.

« Pornography » d’Éric Ledune, récompensé comme Meilleur court métrage d’animation, est un film sur la perception de la pornographie et l’obscénité. Construit à partir d’un faux micro-trottoir, ce film pour adules jouit (si on peut dire) de quelques plans/témoignages sympas, mais sa durée trop longue, son aspect pédagogique et sa flopée d’informations ne convainquent pas. Dommage 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *