Les Mistons de François Truffaut

Depuis le 8 octobre 2014, la Cinémathèque Française propose une exposition et une rétrospective sur la vie et l’œuvre de François Truffaut. Une occasion pour nous de replonger dans les films connus et moins connus du réalisateur disparu trop prématurément.

Le court métrage « Les Mistons » est le deuxième film réalisé par Truffaut, mais le premier réellement significatif dans sa nouvelle vie de réalisateur, après celle de critique pour Les Cahiers du Cinéma.

mistons-1958-03-g

Ce film est également celui où Bernadette Lafont fait ses premiers pas devant la caméra et celui qui marquera au fer blanc la première collaboration entre François Truffaut et Robert Lachenay, son ami d’enfance et complice de l’école buissonnière pour s’enfermer dans les salles obscures, avec qui il créé la société de production Les Films du Carrosse.

Dans ce court-métrage de 18 minutes, on retrouve déjà les ingrédients des « 400 coups » avec tous ces mômes mutins, autrement appelés dans le jargon provençal, les mistons, auxquels on s’attache bien qu’ils mettent tout en œuvre pour brouiller l’amourette de Bernadette et Gérard. Comme dans le long-métrage mythique qui révèlera Truffaut au grand public, le film démarre sur un travelling et une voix-off raconte comment ces enfants ne mesurent pas encore la gravité des choses de la vie.

Parallèlement, quelques petits passages comme la scène de l’arroseur des terrains de tennis font penser aux films de Buster Keaton ou Charlie Chaplin, rappelant à quel point Truffaut est un passionné de cinéma et un admiratif de ses pairs.

Camille Monin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *