Skunk d’Annie Silverstein

« Skunk » est un court métrage de fin d’études écrit et réalisé par Annie Silverstein de l’université d’Austin au Texas, présenté à la Cinéfondation, section compétitive du festival de Cannes qui regroupe des films issus de différentes écoles de cinéma à travers le monde. Le film introduit Leila, adolescente dont les principales interactions dans sa banlieue du Texas semblent se passer avec ses chiens. Après que l’un d’entre eux ait tué un putois (« skunk » en anglais), Leila, qui se dirige vers la rivière pour le laver, rencontre Marco.

Lorsque les choses dégénèrent et que Marco vole le chien de Leila pour le soumettre à des combats, cette dernière doit s’affirmer afin de défendre ce qui compte le plus pour elle. La narration explore des thèmes tels que les relations de pouvoirs, la sexualité et l’isolation. Les interprètes du film explorent ces questions avec justesse, n’ayant pourtant aucune expérience en tant qu’acteurs. Annie Silverstein, elle-même novice dans le monde du cinéma avant d’intégrer l’université d’Austin, a déclaré s’être appuyée sur ses expériences en tant qu’éducatrice auprès d’adolescents de milieu défavorisés. La performance de ses acteurs, elle l’a voulue spontanée, naturelle, reflétant une démarche proche du cinéma documentaire.

563715_510650862325526_420653912_n

Dans « Skunk », Leila est une outsider isolée, effleurée par cette possibilité avortée de s’intégrer à un groupe de jeunes de son âge, et confrontée à la violence des rapports de force qui s’y jouent. À part une courte apparition de la mère de la jeune fille, les adultes sont absents du film et les échanges sont réduits à quelques mots, à des regards, des caresses, des moqueries puis des insultes. Ces éléments permettent de mieux montrer les relations en place dans cette petite ville où les personnages oscillent entre séduction et rejet. Le film dresse le portrait d’une adolescence complexe où la recherche d’une identité génère des attitudes parfois cruelles.

« Skunk » est filmé en décor naturel avec des personnages dénués de romantisme et d’artifices, sublimés par l’utilisation habile de la lumière naturelle qui éclaire le visage tantôt angélique tantôt impassible de son héroïne. La singularité du film tient à cette esthétique naturaliste ainsi qu’à cette identité provinciale que l’on retrouve dans les films situés dans les villes périphériques de classes moyennes. Ces éléments s’inscrivent dans un dynamisme cinématographique du Sud américain, avec en son cœur Austin, Texas : son festival (Austin Film Festival), qui met à l’honneur les scénaristes et la qualité de l’écriture, ses studios, et les producteurs des films de Jeff Nichols et de Terence Malick.

skunk2

On retrouve par exemple dans « Skunk » l’univers du magnifique « Shotgun Stories » de Jeff Nichols, où la désolation du lieu et la violence des personnages trouvent un contre-pied dans la beauté simple d’une vérité exposée avec un réalisme cru. La caméra, quant à elle, est bancale, suivant les personnages dans leurs déplacements tantôt hésitants tantôt francs et nerveux, souvent au plus proche d’eux, comme pour mieux capturer leurs émotions.

« Skunk » évoque les difficultés de l’adolescence mais aussi l’isolation propre à un certain milieu rural, et n’est pas sans rappeler un autre court métrage américain, « Going South » de Jefferson Moneo, qui avait été présenté dans la même section compétitive lors du festival de Cannes 2013, et dans lequel une jeune femme élevée dans un ranch des grandes plaines poursuivait ses rêves d’ailleurs. À suivre de près, ces étudiants s’inscrivent avec brio dans la lignée de grands réalisateurs du cinéma indépendant américain et de ses histoires douces-amères d’une nation délaissée, qui dépeint un environnement parfois austère où la nature et les grands espaces écrasent et absorbent les hommes.

Agathe Demanneville

Consultez la fiche technique du film

Pour information, « Skunk » est projeté dans le programme 1 de la Cinéfondation, le mercredi 21 mai à 11h, à la Salle Buñuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *