Ulrich Totier : « Avec notre film, on n’a pas cherché à donner de leçon, on a avant tout voulu faire rire le spectateur »

Le court-métrage d’animation «Us» nous avait beaucoup fait rire quand nous l’avions découvert au festival Paris Courts Devant il y a quelques jours. Nous en avons profité de la récente sélection du film au festival de Vendôme pour y rencontrer son réalisateur Ulrich Totier et l’interroger sur son parcours et sur l’élaboration de son film.

ulrich-totier

Peux-tu me parler de ton parcours et de ce qui t’a amené au cinéma d’animation ?

J’ai fait les arts appliqués au lycée, puis un BTS de communication visuel pour m’orienter vers le graphisme, une activité que j’ai pratiqué pendant un an et demi sans passions et avec un certain dégoût au final. Je me suis dit qu’il fallait passer à autre chose, j’ai donc tenté le concours de l’école de la Poudrière à Valence, une formidable école de cinéma axé sur l’animation où j’ai été reçu.

Le cursus dure deux ans, l’enseignement y est très dense, il faut s’y préparer physiquement et mentalement. Il y a énormément de chose à voir, à connaître, à fouiller. On voit de tout, tout ce qui est du domaine du langage cinématographique est abordé en profondeur avec des intervenants très intéressants. Je regrette de ne pas en avoir assez profité, c’était comme pénétrer à l’intérieur d’une bibliothèque qui contiendrait tout ce que j’avais toujours voulu savoir ! Il faut arriver avec une grosse besace et prendre le maximum (rires) !

« Us » est ton premier film réalisé hors cursus. Quelle est la genèse de ce projet ?

J’ai co-écrit le film avec Julie Rousset, qui travaille plus dans le graphisme et dans l’édition. On a vraiment fait ce film ensemble, même si je me suis occupé de la réalisation final. À la base, on voulait réaliser une galerie de portraits, des personnages qui représenteraient tous les caractères et les travers de l’humanité. On a vite trouvé ça assez lourd et on a cherché à orienter le projet vers quelque chose de plus universel, que tout le monde pourrait comprendre. On a cherché à aller vers plus de légèreté, de ludisme, et l’idée d’une sorte de laboratoire où l’on observerait de loin des petites créatures nous est apparu comme la meilleure façon de raconter ce qui nous intéressait initialement.

Ton film a recours aux codes du burlesque, du cartoon. Tout repose sur le mouvement. Comment as tu développé le scénario ?

On n’a pas misé sur l’originalité. Ce n’est pas le premier film avec un caillou qui tombe du ciel et qui provoque des catastrophes. On s’est concentré sur les réactions des personnages, le sens qui pouvait s’en dégager et le potentiel comique de chacun d’entre eux. La phase d’écriture n’as pas été évidente. On a commencé par lister toutes les actions possibles avec l’objet (le caillou), ce qui nous a donné une suite de gags qu’on a ensuite essayé d’organiser pour obtenir un scénario avec un début, un milieu et une fin. En partant du jeu des personnages avec le caillou, on a progressivement défini les rapports qui allaient se créer entre eux au cours du film. La phase d’écriture la plus intéressante à mon goût fut la recherche de gags (rires).

ulrich-totier

L’humour du film est assez noir, avec les morts successives de tous les personnages.

Les moyens pour se supprimer sont multiples. Autant que ça soit absurde et en apothéose ! La mort dans ce film-là est traitée de manière légère même si le fond reste tragique. On n’a pas cherché à donner de leçon, on a avant tout voulu faire rire le spectateur !

As tu déjà de nouveaux projets de films ?

Avec Julie, on aimerait poursuivre dans ce registre et développer une série d’animation qui conserverait ce ton, cet humour. Ça serait un gros investissement psychologique et physique, on attend d’être prêt. J’ai d’autres idées pour des courts-métrages, mais souvent elles semblent plus adaptées à de la prise de vue réelle, un domaine que je ne maîtrise pas encore très bien. Alors, je me tâte !

Propos recueillis par Marc-Antoine Vaugeois

Article associé : la critique du film

Consulter la fiche technique du film

Pour en savoir plus, visionnez l’entretien d’Ulrich Totier réalisé pendant le festival de Vendôme

Pour information, « Us » sera projeté à la séance anniversaire de Format Court, le jeudi 16/01/2014, au Studio des Ursulines (Paris, 5ème), en présence de Julie Rousset, co-réalisatrice et co-scénariste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *