Festival pointdoc, les films sélectionnés

Pour la deuxième édition de pointdoc, le festival de documentaire en ligne (15-29 janvier), retrouvez 20 films documentaires d’auteurs visibles à tout moment pendant quinze jours. Chaque jour, un nouveau film sera mis à la une et chaque soir, le réalisateur de ce film échangera avec les internautes lors d’une session de tchat.

N’hésitez pas à faire vivre ce festival soutenu par Format Court en laissant vos commentaires sur les films et en votant à partir du 15 janvier pour sélectionner le film : « Coup de coeur du public ».

Rendez-vous ce dimanche 15 janvier 2012 à 12h sur http://www.festivalpointdoc.fr/ et dès aujourd’hui la liste des films sélectionnés.

Catégorie « Première création »

Aadesh baba, ainsi soit-il de Aurore Laurent et Adrien Viel / 77′ / France /

Au Népal, à Katmandou, Tiger baba est sâdhu Aghori, homme saint. Son regard noir, son visage maquillé, son corps dénudé, fascinent certains, en effraient d’autres. Aadesh baba est l’histoire d’une quête, qui doit mener le sâdhu au divin. Mais l’homme doit s’affranchir de sa souffrance pour atteindre l’éternité. Entre dérives alcooliques et vie pieuse, Tiger baba y parviendra-t-il ?

Au prix du gaz de Karel Pairemaure / 85′ / France /

En juillet 2009, les ouvriers de l’usine de sous-traitance automobile New Fabris, à Châtellerault, occupent leur usine, menaçant de la faire exploser avec des bonbonnes de gaz. Les médias se précipitent dans la zone industrielle Nord. Vivant à quelques pas de l’usine, j’ai décidé d’aller voir de moi-même. C’est là que tout a commencé…  » Au prix du gaz » est une plongée au cœur de la lutte ouvrière, de la rage à la reconstruction… Silence des machines. Paroles d’ouvriers. Un écho aux « sans voix », à une classe ouvrière devenue invisible.

Itchombi de Gentille M.Assih / 52′ / France /

Dans un village du Kéran au Togo, se déroule l’Itchombi, rituel de circoncision réunissant l’ensemble de l’ethnie des Solla. L’Itchombi désigne à la fois les couteaux, les jeunes hommes et le rituel. Déau et sa famille se préparent à cette cérémonie en voulant respecter scrupuleusement les traditions. Toutefois, cette année, ils veulent que des mesures sanitaires soient prises pour éviter une contamination éventuelle de M.S.T ou de V.I.H. Ce débat vient traverser toute la communauté en ébullition pour la fête.

Kosovo B : the impossible film de Benjamin Huguet / 12′ / Israël /

En 1999 les employés des miniorités serbes et roms de la centrale à charbon de Kosovo B ont tous été licenciés. Pourquoi ? Silence radio : personne ne veut parler. Une enquête sur le mutisme et l’oubli dans les années qui ont suivies la guerre du Kosovo.

L’amour à trois têtes de Elsa Levy / 26′ / Suisse /

Une exploration personnelle des relations amoureuses entre hommes et femmes par le biais de trois générations de femmes de la même famille, la grand-mère, la mère et la réalisatrice elle-même. Ninette Sylviane et Elsa, trois époques, trois visions, trois expériences qui s’affrontent et se confrontent.
Derrière ces histoires d’amour, se dessine un questionnement autour de la transmission inter générationnelle, de l’image féminine au fil d’une vie de femme et du rapport mère – fille.

L’ouest sauvage de Aline Fischer / 57′ / France /

Au printemps 1945, 400 000 soldats allemands et 305 000 soviétiques meurent pendant la bataille de l’Oder. Sur l’ancienne ligne de front, à 100 km de Berlin, un pays prend racine mêlant armées victorieuses, peuple vaincu, nazis en fuite et pilleurs de toutes origines… On l’appelle encore aujourd’hui l’Ouest sauvage, à la frontière de la Pologne et de l’Allemagne. Des Protagonistes venus d’un univers de film noir en racontent l’histoire. Parfois même la nuit juste avant les forêts… Ils sont taxi, truckdrivers russes, vendeurs de cigarettes polonais, prostituées, garçons aux frontières de l’âge adulte, et garde-frontières.

La psychiatrie court les rues de Marianne Estèbe / 25′ / France /

Vincent, Audrey, Agnès, et Hermann sont médecins, psychiatres, travailleurs sociaux, et « travailleurs pairs ». Richard, David et Mélik souffrent de pathologies psychiatriques lourdes et sont sans domicile fixe. C’est dans les rues de Marseille, au fil de leurs rencontres, que se développe l’expérience insolite de l’équipe mobile de santé communautaire. Ensemble, ils travaillent à la construction d’un lieu de vie, inventent de nouvelles formes de soins, et élargissent le champs des possibles.

Le cordonnier de la rue Stalingrad de Romane Shirm & Magali F.Fouquet / 25′ / France /

Monsieur Bennoit est le dernier cordonnier d’Arcueil. Il maîtrise son art comme peu d’autres savent le faire. Témoin d’une époque qui passe, d’un artisanat qui tire peu à peu sa révérence, il est aussi le confident de tout un quartier.

Tiers-paysage de Naïs Van Laer & Yasmine Bouagga / 52′ / France /

Réalisé avec une famille tsigane vivant dans un bidonville à Montpellier, Tiers-paysage interroge le lieu des marges et ses habitants. Au travers des saisons se déroule le quotidien de cette famille, entre la ferraille, la mendicité, les allers-retours en Roumanie, les moments d’inquiétude et les moments de joie. Trois générations de femmes cohabitent dans ces cabanes précaires, tissent le fil de leurs histoires alors que, derrière elles, les grus étendent l’emprise de la ville. ‘‘ Tiers-paysage renvoie à tiers-état ( et non à Tiers-monde). Espace n’expriment ni le pouvoir ni la soumission au pouvoir ‘‘ (Gilles Clément, Manifeste du Tiers paysage.)

Un long cri mêlé à celui du vent de Julie Aguttes / 42′ / France /

À Marseille, il y a ceux qui travaillent sur le port et les autres. Le mythe d’un monde impénétrable et d’une classe ouvrière contestataire est nourri de part et d’autre. Par delà cette frontière, un film comme une immersion fascinée au cœur d’un monde à part, aujourd’hui voué à disparaitre.

Catégorie « Film jamais diffusé »

1% d’amour de Stéphanie Magnant / 43′ / France /

Pour comprendre l’étrange commerce des réseaux de télécommunication (audiotel / minitel), je me fais embaucher en tant qu’animatrice dans une entreprise qui vend du désir virtuel. Je découvre alors un travail qui exige mensonges et dévoilements. Exposée à ce double jeu, actrice de cette mise en scène, je me filme au travail et invite des collègues, Elodie, Sylvie, Arnaud, à témoigner.

(3) promesses de Sébastien Balanger / 56′ / France /

Cambodge. Dans un bidonville de Phnom Penh, trois femmes racontent l’histoire de leur esclavage. Entre les souvenirs qui reviennent et les gestes du quotidien, une autre histoire se révèle : celle de leur propre résistance, souterraine et fragile…

Ce sera presque comme j’ai rêvé de Frédéric Guillaume/ 42′ / Belgique /

Ce sera l’enchantement de voir un enfant grandir.
Ce sera la douleur de sentir la personne qu’on aime s’éloigner.
Ce seront toutes les tentatives pour retenir le bonheur.
Ce sera une épreuve et il faudra se réinventer.

Dans l’ombre de Bart S. Vermeer / 43′ / Belgique /

La Belgique, au coeur de l’Europe, apparaît pour beaucoup de réfugiés politiques comme la Terre Promise. Mais que faire lorsqu’on est noyé dans un système politique de contradiction et d’apathie et qu’on finit par se retrouver face à l’inverse de la liberté tant souhaitée ?

Favela de çiva De Gandillac / 45′ / France /

Plongée au coeur de deux favelas, Rocinha, la plus grande favela du Brésil et Santa-Terezinha, petite favela située à la périphérie de Salvador de Bahia.
Filmé avec une caméra de poche, en improvisation totale…

Le temps de quelques jours de Nicolas Gayraud / 62′ / France /

Ce film est l’une des rares expériences d’une rencontre avec des moniales cloîtrées, dans l’abbaye de Bonneval, dans l’Aveyron. Il se présente sous la forme d’une déambulation contemplative. Le film esquisse quelques portraits de femmes et interroge le spectateur sur son rapport aux autres, à la nature et au temps.

Little Sister de Ségolène Neyroud / 33′ / Belgique /

Ma soeur, Anne-Sophie, est sourde de naissance. Le temps d’un été, et pour la première fois, je prends la caméra pour filmer ma relation avec elle. Ensemble, nous mesurons la distance entre temps de l’enfance et celui du présent.

Natpwe, le festin des esprits de Tiane Doan na Champassak & Jean Dubrel / 30′ / France /

Taugbyon, minuscule village du centre de la Birmanie. Lieu de pélerinage annuel pour des dizaines de milliers de croyants. Pendant cinq jours, fidèles et médiums célèbrent le culte des nats, les esprits du panthéon birman. Cinq jours d’offrandes, de cérémonies, de rituels de possession. Cinq jours de liberté, dans une société verrouillée à l’extrême.

Quand les filles flirtaient avec les Dieux de Damien Faure / 51′ / France /

Un portrait singulier et libre de l’artiste Florence Reymond, qui fonde ses peintures sur le monde ambivalent de l’enfance, entre cruauté et innocence, entre poésie et barbarie.
Scènes primitives ou mise en scène documentaire ?

Vu le candidat de Seb Coupy & Bertrand Larrieu / 29′ / France /

France, présidentielles 2007 : comment regarde-t-on les affiches électorales ? Et comment nous regardent-elles ? Des portraits de portraits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *