Media 10-10 2011 : la compétition nationale

Découvrez la sélection nationale du Festival du court métrage Média 10-10 qui aura lieu à Namur du 15 au 19 novembre 2011.


Terre Nouvelle (Bernard Dresse)

Un jeune cuistot, aidé de sa nouvelle compagne, prépare le dîner de mariage de son ex-compagne. Les amours du passé s’immiscent comme un obstacle aux amours en devenir.

On n’est jamais chez soi (Degive Ann Laure)

Déméry vient de Serbie. Il a quitté son pays après avoir perdu sa femme afin d’offrir une meilleure vie à ses enfants. D’origine Rom, sa famille n’a jamais cessé de souffrir de ségrégation, que ce soit dans le travail ou dans la vie sociale. En Belgique, sa demande d’asile a été refusée. Il a récemment introduit une demande de régularisation. La réponse viendra, mais on ne sait pas quand. Déméry doit attendre. Mais attendre, quand l’on a aucun droit, cela n’est pas tous les jours facile. Comment s’occuper des enfants et assurer leur scolarité?
Depuis quelques temps, Déméry et sa famille ont été recueillis par le père Michel,ils logent dans le sous-sol de l’église en attendant une meilleure solution…

Histoire du petit Paolo (L’) (Nicolas Liguori)

En 1863, Cyrill entreprend un pèlerinage en Italie. Il voyage avec une mystérieuse boîte à musique sur le dos.
Il rencontre le petit Paolo, qui rêve d’avoir le même instrument de musique que lui…

Une histoire bij de chez nous (Vander Eeckt Franck)

Jean est wallon, et Jan flamand. Ces deux faux jumeaux
séparés à la naissance sont réunis à la mort de leur mère
autour d’un héritage commun : la demeure familiale. Jan est
un huissier peu scrupuleux, et Jean un chômeur d’une
débrouillardise peu commune.
La cohabitation se déroule dans une belle harmonie jusqu’à ce
que les naturels des frères ne reprennent le dessus, ne voulant
faire aucune concession l’un pour l’autre. Un jour, excédé par
le comportement de Jean, Jan décida de séparer la maison
en deux et de couper les ponts avec son frère. Il est loin de se
douter que sans son feignant de compagnon, la vie est bien
moins riche, et qu’il est moins capable qu’il ne le croit de faire
face aux évènements que lui réserve le quotidien.

Bailaoras, l’horizon des racines (Víctor Sagristà)

Il y a chanter ou danser le flamenco, et il y a ÊTRE flamenco. Être flamenco, c’est quelque chose en plus, que tout le monde n’a pas en soi. C’est une vibration. C’est un cri d’ amour, de furie, de souffrance et de douleur qui perdure d’une génération à l’autre. Parce qu’on ne peut pas passer à côté d’un art si grand et si beau.

Barracuda (Collectif : 10 adultes)

Surpris par la pluie, un homme pénètre dans un immeuble. Guidé par son parapluie, il s’aventure dans les couloirs et les escaliers peuplés d’individus étranges…

Garde-barrière (La) (Hugo Frassetto)

Garde-barrière d’un passage à niveau sur une route à l’abandon, une vieille dame vit seule avec sa vache. Elle comble
sa solitude par la tendresse qu’elle porte à sa jolie vache et s’évade en jouant du violon. Jusqu’au jour où elle décide de
stopper les trains qui passent…

Dissonance (Anne Leclercq)

Agnès Duval, 27 ans, tente de trouver sa place en préservant son intégrité. Elle se retrouve subitement projetée dans un espace-temps en vitesse accélérée. Les autres personnes sont du coup devenues invisibles.
Seule dans la ville, elle se confronte à celle-ci, vidée de ses habitants et de ses fonctions utiles.Le monde qu’elle croyait connaître se révèle alors étrange, hostile et délétère

Yeux de la tête (Les) (Jérôme Cauwe et Pierre Mousquet)

John, un grand acteur américain, alors qu’il joue amicalement un trou au golf en France, reçoit une balle en pleine figure et perd un oeil. Il peut cependant compter sur l’excellence de la médecine européenne et l’émergence de l’économie
chinoise…

Version du Loup (La) (Ann Sirot et Raphaël Balboni)

Comme dans le conte traditionnel, le loup convoite le petit chaperon rouge et se déguise pour arriver à ses fins. Mais cette version dévoile un petit chaperon plus espiègle que la candide fillette de la légende.

Bisclavret (Émilie Mercier)

Au Moyen-Age, une femme découvre la transformation secrète de son mari en animal sauvage…
D’après « Le lai du Bisclavret » de Marie de France.

Navets blancs empechent de dormir (Les) (Lang Rachel)

LES NAVETS BLANCS EMPÊCHENT DE DORMIR
1. Trouver une explication rassurante à une insomnie : avoir mangé des navets blancs.
2. Observer le mécanisme des passions
3. Sortir des Idées inadéquates

Les navets blancs sont bourrés de vitamine C. Si on en mange le soir, il est difficile de s’endormir. Suite à un test de grossesse défectueux, Ana va tenter, de Strasbourg à Bruxelles, de se libérer d’idées inadéquates, de comprendre que la vitamine C n’est pas vraiment le problème.


Waiting for yesterday (Patrick Junghans)

Un homme déprimé essaie d’aller de l’avant et d’effacer les souvenirs obsédants de sa femme,  décédée lors d’un tragique accident quelques années auparavant.

AdonaissanceTrip (Madeline Feuillat)

Il suffit de s’asseoir entre deux chaise pour comprendre l’adolescence…

About a spoon (Philippe Lamensch)

Au nom d’une famille aimante mais trop occupée, l’Homme des vœux vient souhaiter la bonne année au vieux Rico.
Découvrant que l’arbre de Noël a déjà perdu toutes ses aiguilles, il s’apitoie:
le déracinement, quelle tragédie !
Il dit alors son propre déracinement, sa propre tragédie. Il est question d’une cuillère, « la meilleure amie du réfugié »
Rico s’en tape.
L’homme des vœux est un prestataire de service. Et le service est presté.
Comédie noire de Noir.

Genre qui doute (Le) (Carlier)

H/F : cochez la bonne case. Sans cesse on nous demande de nous définir. Mais que se passe-t-il lorsqu’on ne se reconnaît ni comme l’un ni comme l’autre, qu’on vogue entre les deux ou tout à fait en-dehors ? A travers un portrait personnel, on découvre ce que cela signifie, dans l’intimité comme face à la société, d’être un homme, d’être une femme, ou encore de se positionner dans un ailleurs à inventer.

Staka (Valentine Laloux, Morgan Hardy, Maximilien Chevalier, Jean-Michel Degoedt)

Les « STAKA » sont des ouvriers productifs et dévoués. Ils exécutent pour l’Usine un travail manuel, moyennant une promesse de finir leurs jours à l’Eden.

Cleo’s Boogie (Collectif Camera-etc)

Deux vieux amis, vivant avec leur chatte dans un appartement défraichi, revivent l’atmosphère percussive et endiablée du Boogie-Woogie de leur jeunesse. A l’époque, ils accompagnaient une chanteuse sensuelle dont il ne reste plus qu’une image sur une vieille affiche… A moins que la chatte noire n’en soit la réincarnation ?

Kérosène (Joachim Weissmann)

Clara, 25 ans, jeune et jolie femme, suit une psychothérapie pour vaincre sa phobie : l’avion.
Afin de surmonter sa peur, elle se fait engager comme technicienne de surface pour avions en escale.
Alors qu’elle travaille en classe business, elle tombe sur un roman appartenant à l’un des passagers. Elle décide d’y laisser, par jeu, un message. Et contre toute attente, elle reçoit une réponse. La machine est lancée !

P.S : Une femme de ménage qui rencontre un riche passager, par romans interposés, ça ressemble à du Marc Lévy. Ca tombe mal, Clara déteste Marc Lévy ! Quoi qu’il en soit, il y a de fortes chances que cette histoire soit bien plus qu’une comédie romantique…


Youssouf le souffleur (Lia Bertels)

Depuis sa petite trappe de souffleur, un enfant inspiré souffle à l’oreille du
monde les paroles que celui-ci exprimera la seconde d’après. Il y a beaucoup de vent.

Ciao Bambino (Thibaut Wohlfahrt)

Nadine emmène Baptiste à la mer. Entre confidences et rejets, mère et fils vont tenter de trouver les mots pour se comprendre.

Factory (The) (Simon Hanus)

Une usine à la cadence infernale, des ouvriers répètent inlassablement les même gestes jusqu’au jour où une machine se bloque
et où un des ouvriers va se libérer

Dos au mur (Miklos Keleti)

Natacha travaille dans une station service à la campagne. Durant la journée, un homme et une petite fille rentrent dans son magasin. Ils viennent d’écraser un chevreuil sur la route. Natacha sent que la petite est perturbée par l’accident mais on dirait que ce n’est pas la seule chose qui la préoccupe…

Cases ou je ne suis pas un monstre (Letaïf Hannah)

Dans le cadre d’une expérience faussement scientifique, six sujets sont placé dans des pièces données et se mettent à évoluer en fonction de l’espace dans lequel ils se trouvent.

Maman (Baudour Paul-Emile)

Marc, 42 ans, vit chez sa mère. Celle-ci est atteinte d’alzheimer depuis peu. S’occuper d’elle lui prend tout son emploi du temps. Ne recevant aucune aide de sa soeur, Marc se sent dans l’obligation de réagir. Il donne rendez-vous à sa soeur au pied d’une usine abandonnée et y emmène sa mère. Marc creuse un trou et, déboussolé, explique à sa soeur qu’il veut en finir avec cette situation.

Journal d’un frigo (Joséphine Derobe)

En 1971, un couple achète d’occasion un vieux frigo des années cinquante. Celui-ci prend place tout naturellement dans la cuisine du jeune ménage avant d’occuper une place centrale dans la vie de cette famille, et d’être le témoin privilégié des ses moments et événements tant ordinaires qu’exceptionnels.

Bang Bang (Le Toux Lungo Raphael)

Amédéa a tout pour être heureuse.
Amédéa est riche.
Amédéa a un frère créateur de mode : Giorgio Vivarelli.
Amédéa aime Giorgio. Giorgio aime Jimmy.
Amédéa est jalouse.
Amédéa veut reconquérir Giorgio avec l’aide de Yves.
Amédéa mélange rêve et réalité.
Amédéa croit évoluer dans un labyrinthe
En trouvera t-elle l’issue?

LNrun (Lionel Daneau / François Ducobu)

Hélène court sans cesse dans tous les sens en trainant les pieds. Il y a deux ans, elle se met à courir vraiment, à en perdre haleine. C’est le début d’une nouvelle vie.

kin (l’Atelier Collectif)

: Kin est une photographie sociale de Kinshasa, qui mèle une série de personnages autour le thème de la débrouille et du recyclage.

Dimanches (Rosier)

Les dimanches et l’homme face au temps qui passe.
Le temps libre qu’on tente de remplir à tout prix.
Que l’on observe passer, avec rire ou avec ennui.

Rumeurs (Frits Standaert)

Profitant d’une belle après midi d’été, trois lièvres font la sieste au beau milieu de la jungle. Soudain, un bruit retentit derrière les feuillages. Pris de panique, les rongeurs prennent la fuite, entraînant dans leur sillage tous les animaux de la jungle. Seul le Lion saura les arrêter, en révélant, bien malgré lui, l’origine du mystérieux bruit source de la folle rumeur.

Mauvaise lune (Méryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron)

Jean-Paul est différent.
Son père est sa mère.
Il aime les chiens passionnément.
Mais c’est la bière qu’il préfère.
Quand la lune est pleine, Jean-Paul est plein.
Demain, il ne se souviendra plus de rien.

Fugue (Vincent Bierrewaerts)

Un petit bonhomme tout à fait quelconque veut prendre soin d’une jeune pousse en la mettant au soleil. Dans un filet, il capture un nuage pour pouvoir abreuver la plante, mais celui-ci, se transformant en eau, glisse au travers des mailles.
Le petit bonhomme tentera par tous les moyens de rattraper ce filet d’eau indispensable au bien être de sa plante.

Appel (L’) (Cécile MAVET)

Une foi ardente habite Anna.
Ancienne danseuse classique, elle se consacre désormais à Dieu. Mais
alors qu’elle s’apprête à prononcer ses voeux, le trouble s’installe, entre
l’Appel du corps et celui de l’esprit, le désir de mouvement et le besoin
d’engagement…

Pêle-Mêle (Maëlle Grand Bossi)

Pêle-Mêle est une bouquinerie située en plein coeur de Bruxelles. C’est un fouillis organique, un espace débordant de livres autour desquels se côtoient les riches et les pauvres, les jeunes et les vieux… et une clientèle d’habitués « haute en couleurs ». Chacun y touche et y aime les livres à sa manière.

Grand sablier (Le) (Manu Gomez)

« Tu es poussière et tu retourneras en poussière »

I am unhappy (Maria Castillejo Carmen)

Le film s’ouvre sur un enregistrement d’un cosmonaute russe qui va mourir dans les secondes qui suivent. Le ton est donné. On ne parlera plus de cosmonaute dans ce film, mais l’angoisse est celle de la petite fille qui se pose des questions sur sa situation, sur sa famille, et qui essaie de donner du sens à son malheur, par association d’idées… des idées de petite fille.

Vivre ensemble en harmonie (Lucie Thocaven)

Au travers de cette interlude éducative vous apprendrez que faire état de sa colère devant son prochain est nocif et qu’afin de respecter les règles de la bienséance vous vous devrez de taire ce sentiment en suivant les divers conseils dispensés. Ou peut-être que vous apprendrez que toutes les leçons ne sont pas bonnes à retenir.

fancy-fair (Hermans)

Aujourd’hui, Nathalie veut assister au spectacle de sa fille.
Elle veut aussi sentir que son mari l’aime encore, que ses enfants la voient toujours comme leur mère.
Cette journée est celle d’une femme qui cherche à se reconstruire.

Mais pour cela, elle ne dispose que de quelques heures…


Dans le cochon tout est bon (Iris Alexandre)

Du cochon vivant au banquet de cochonnailles, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *