Festival du Film Nikon à Clermont-Ferrand : Nikon nous fait du cinéma

Le Festival du Film Nikon profite d’une programmation inédite du 33ème Festival du court métrage de Clermont-Ferrand pour dévoiler aujourd’hui le Prix du Jury de son concours vidéo.

Fin 2010, Nikon ouvre un site internet où les vidéastes sont invités à créer et à mettre en ligne des films HD sur le thème de “Je suis un héros” dans la limite des 140 secondes. Un jury prestigieux composé de Jean-Baptiste Morain, Monsieur Lâm, Michel Abramowicz, Eric Wojcik, et présidé par François Ozon, clôt le concours en présentant les dix films finalistes lors d’une séance spéciale du Festival de Clermont-Ferrand. Le Prix du Public, lui, a déjà été décerné à “Je suis ton héroïne” de Pierre André Le Leuch.

Au total, plus de 300 films amateurs et semi-professionnels participent à cette compétion, témoignant que la créativité vidéo en France se porte bien, et que le positionnement de Nikon sur le marché des appareils photo/vidéo à grand capteur est judicieux. Pour inaugurer le dernier modèle de sa gamme, l’opération marketing est d’envergure mondiale, et un concours similaire est organisé aux Etats-Unis. Mais la version française retient l’attention, car en apportant une réponse technologique et stratégique aux offensives de la concurrence, la célèbre marque japonaise parvient également à associer son nom à celui du cinéma. L’objectif est clair, Nikon repositionne son image en insistant sur les performances vidéos de son dernier produit.

Finalement, c’est bien le dernier épisode d’une bataille technologique et commerciale qui se joue dans une des salles obscures du Festival de Clermont-Ferrand à l’occasion de ce programme spéciale, celle du passage obligé de l’argentique au numérique. Le public cinéphile, lui, pourra toujours choisir d’autres séances.

Xavier Gourdet

Le site du Festival : www.festivalnikon.fr

2 réflexions sur “ Festival du Film Nikon à Clermont-Ferrand : Nikon nous fait du cinéma ”

  1. Complètement d’accord avec Loane, il y a un truc qui me rend perplexe c’est que les films « Je suis un Cailloux » qui a finit deuxième, « Je suis la naissance d’un héro » 7ieme et « Je suis ce que je vois » 5ieme, était pile au milieu de la polémique de cette compétition, et Lelouch (gagnant du prix publique et du prix du jury) a poster son film sur le site Nikon un jour avant la fermeture des votes. Il a réussi à dépasser tout le monde. Le festival est une réussite pour Nikon, mais un énorme échec par les membres du Jury, et François Ozon. La FEMIS perd un point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *