Festival de Rennes. Les courts mexicains sur le ring

mexique1

Les courts métrages en ouverture de séance

– L’autre rêve américain (el otro sueño americano) – Enrique Arroyo, 2004, Mexique, 10′, Couleur, vostf
À la frontière nord-mexicaine, l’adolescente Sandra essaie de faire la traversée pour se rendre aux États-Unis en quête du rêve américain.

– Croque la mort (hasta los huesos) – René Castillo, 2001, Mexique, 10’, Couleur, vostf
Un homme enterré vivant arrive au royaume des morts. Il est entraîné dans une sarabande d’outre-tombe, et se rend compte que finalement son état présent n’est mauvaise chose. Un régal d’humour macabre.

– Carretera del norte – Rubén Rojo Aura, 2008, Mexique, 10’, Couleur, vostf
Une famille survit à la pauvreté en vendant des animaux aux automobilistes de passage, sur une route déserte au nord du Mexique.

– Ver Llover – Elisa Miller, 2006, Mexique, 14’, Couleur, vostf
Deux adolescents vivent dans un petit village mexicain. Sofia veut partir. Jonas doit décider entre partir ou rester. Palme d’or du court métrage, Cannes 2007.

– Courts métrages des frères Lumière :  L’un des premiers grands voyages de Gabriel Veyre, opérateur de la société Lumière, le conduit au Mexique en 1896 où il installe son premier poste de projection. Défilé de jeunes filles, bal espagnol, le président Porfirio Díaz à Mexico, etc. Autant de scènes magiques des débuts du cinéma.

– Noche de bodas – Carlos Cuarón, 2000, Mexique, 4’, Couleur, vostf
On ne sait jamais comment va se finir une nuit de noces.

– La suerte de la fea…a la bonita no le importa – Fernando Eimbcke, 2002, Mexique, 10’, Couleur, vostf
Susie est obsédée par son poids. Elle fait appel à Marraine, la bonne fée, pour qu’elle exauce trois voeux. Susie souhaite devenir la plus belle
femme au monde.

– Entrevista con la tierra –  Nicolás Pereda, 2008, Mexique, 23’, Couleur, vostf
Alors qu’ils marchaient dans les montagnes qui entourent leur village, deux enfants mexicains d’une dizaine d’années, ont assisté à la mort
brutale de leur ami, suite à une chute.

– Revolución Avant-première – Mariana Chenillo, Fernando Eimbcke, Amat Escalante, Gael Garcia Bernal, Rodrigo Garcia, Diego Luna, Gerardo Naranjo, Rodrigo Pla, Carlos Reygadas, Patricia Riggen, 2010, Mexique, 1h45, Couleur, vostf

Que reste-t-il de la Révolution mexicaine un siècle plus tard? Dix cinéastes mexicains emblématiques en livrent leur propre vision à travers dix courts métrages. Abrazo du meilleur long métrage au festival de Biarritz 2010.

Compétition de courts métrages mexicains

– Beyond the mexique bay Jean-Marc Rousseau Ruiz, 2008, Mexique / France, 16’, Couleur, vostf
Le désert mexicain comme prétexte à une rencontre improbable. Le voyage comme initiation à un rituel contemplatif
qui fait émerger la solitude et l’émotion de deux êtres malgré leur différence d’âge, de langue et de culture.

– Buen provecho Eduardo Canto, 2008, Mexique, 8’, Couleur, vostf
Un jeune homme impulsif et arrogant est contraint de partager son repas avec une jeune fille simple et humble.

– La mina de oro Jacques Bonnavent, 2010, Mexique, 11’, Couleur, vostf
À la cinquantaine, Betina vit l’amour grâce à Internet. Elle laisse derrière elle sa vie monotone en ville pour aller rejoindre son amant virtuel à l’autre bout du pays.

– Roma – Elisa Miller, 2008, Mexique, 28’, Couleur, vostf

Une jeune femme, en route vers le nord du Mexique, descend d’un train. Elle se réfugie dans une usine de savons afin d’échapper aux autorités et
se laver. Là, un vieil ouvrier lui offre son aide. Une rencontre discrète mais touchante.

– Jacinta – Karla Castaneda, 2008, Mexique, 9’, Couleur, vostf

Quand il ne reste plus que des souvenirs, dans un asile siégé par la solitude, une vieille dame décide de continuer à tisser son destin.

– Café paraíso Alonso Ruiz Palacios, 2008, Mexique, 10’, N & B, vostf
Deux immigrés mexicains travaillent en tant que cuisiniers au Café Paraíso. Tout en préparant une infinité de plats, le plus jeune imagine sa démission héroïque. Prix Ariel du meilleur court métrage en 2009.

– Martyris Luis Felipe Hernández, 2010, Mexique, 8’, Couleur, vostf
Dans un monde lugubre et décadent, un petit Saint prend soin des êtres qui souffrent d’instincts suicidaires.

– Las ovejas pueden pastar seguras Nestor Sampieri, 2009, Mexique, 11’, Couleur, vostf
Un jour dans la vie de Soledad, anciennement employée par le gouvernement mexicain et licenciée lors de la crise économique de 1995.

Courts de Mexico

– Corazon de perro Ismael Nava Alejos, 2010, Mexique, 10’, Couleur, vostf

– Si maneja de noche procure ir accompañado Isabel Munoz, 2010, Mexique, 11’, Couleur, vostf

– La Cancion de los niños muertos David Pablos, 2008, Mexique, 38’, Couleur, vostf

– Bajo tierra Eduardo Covarrubias, 2009, Mexique, 10’, Couleur, vostf

– La Curiosa Conquista del ampere Ramon Orozco, 2008, Mexique, 11’, Couleur, vostf

– Los ultimos pasajeros Ricardo Soto, 2010, Mexique, 20’, Couleur, vostf

Le site du festival : www.clairobscur.info

Une réflexion sur “ Festival de Rennes. Les courts mexicains sur le ring ”

  1. Je considère que n’avoir pas suspendu ce festival est un acte parfaitement INDIGNE des valeurs de justice et d’égalité devant la loi portés par la France pendant que Florence cassez est injustement emprisonnée au Mexique pour cause de magouilles politiques dans un pays encore plus pourri que le notre, quand bien même cela indispose des organisateurs, manifestement des bofs bien dans leur bulle mais avides de se faire mousser dans les médias sous couvert defaire valoir l’art et le travail des autres avec l’aide d’un Conseil général manifestement proche des lobbies agricoles (cf sa réaction vis à vis de la campagne salutaire de France nature environnement, approuvée par Eva Joly). Pauvre monde! Entre pourris…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *