Bim Bam Boom Las Luchas Morenas de Marie Losier

Que ce soit en filmant le cinéaste canadien Guy Maddin, la chanteuse délurée Peaches ou l’icône new-yorkaise Alan Vega, le style-signature de Marie Losier est immuable. Caméra Bolex 16mm à la main, elle capture l’intime, la vie et la douce folie de ses amis dans des portraits anti-cinéma vérité. Présenté cette année au FNC à Montréal, « Bim Bam Boom » ne déroge pas à la règle et offre en 13 minutes chrono un home made movie sur les sœurs Moreno, reines du catch mexicain.

bimbamboom2

Fratrie de trois, Rossy, Esther et Cynthia, se battent pour gagner leur vie. Chacune a son style mais toutes vivent par et pour la lucha libre. La cinéaste les met en scène dans de petites vignettes colorées et pop où elles se crêpent le chignon pour de faux – ou presque- en se balançant à la figure des bouquets de fleurs, des oreillers gonflés à la plume d’oie ou en s’étranglant à l’aide d’un cordon de téléphone. Elle les suit également au quotidien et filme notamment Rossy, la plus âgée des trois, pendant qu’elle prépare un plat à base de tête de cochon et de cactus.

Chez Marie Losier, on ne reste jamais longtemps très sérieux et la tête du cochon devient vite un prétexte, un accessoire et un jeu pour la caméra évoquant immédiatement les grandes heures du génialissime John Waters dans ses premiers films. La cinéaste a en commun avec ce dernier de s’être toujours rangé du côté des marginaux, des esprits libres et d’en avoir fait des héros, au sens de ceux que l’on rencontre en fiction. Des figures marquantes et respectées. Losier filme ces trois sœurs, comme le reste de ses sujets, avec une joie et une admiration non dissimulées. Son bonheur de mettre en lumière ces « originaux » comme on les appelait par le passé est aussi palpable que le bruit de sa caméra 16mm.

Amaury Augé

Consulter la fiche technique du film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *