Génocidé de Stéphane Valentin

« Ibuka (souviens-toi !) »

Lumière aveuglante dans l’obscurité de l’oubli, le poignant témoignage de Révérien Rurangwa, rescapé des massacres rwandais de 1994, bouleverse par son absence de concession. Présenté au  Festival Silhouette et lauréat d’une Mention Spéciale à Clermont-Ferrand, le film « Génocidé » de Stéphane Valentin (adapté du livre éponyme de Révérien) réveille  les consciences et aiguise les esprits.

Le 20 avril 1994, sur la colline de Mugina, Révérien Rurangwa alors âgé de 15 ans, est sauvagement mutilé à la machette avec quarante-deux autres membres de sa famille. Seul miraculé de cette boucherie, il survit, portant en lui les stigmates de la honte et de la barbarie : il perd un œil, un bras et la moitié de son nez. Depuis lors, témoigner des atrocités commises par les Hutus devient son unique raison de vivre.

Même si les moyens de représentation sont limités et ne peuvent rendre compte de l’ampleur de la tragédie, ils restent des outils de mémoire indéniables. Stéphane Valentin revendique cette idée en se servant habilement de sa caméra pour mettre en images les mots de Révérien. La communion des deux mondes fait de « Génocidé » une œuvre syncrétique forte et intéressante.

Le cinéaste occitan s’affranchit aisément de l’accumulation de scènes choquantes inutiles en ayant recours à un dispositif simple et distancié. En face caméra, cadré jusqu’à la taille, Révérien exprime sa rage. La nature qui l’entoure évoque la pureté de la virginité originelle et ses paroles acérées contrastent grandement avec le paysage immaculé des montagnes suisses. Des intertitres et des extraits de son livre viennent entrecouper sa confession verbale. Leur couleur rouge vive, parti pris esthétique et stylistique, est là pour rappeler le sang des victimes et vient s’opposer à la blancheur de la neige environnante.

Longs et détaillés, les passages tirés du livre de Révérien sont les moments les plus extrêmes et les plus violents du film. Ils requièrent de la part du spectateur un certain effort qui l’oblige à participer activement à la lecture du film. Loin de le guider et de le prendre par la main, le réalisateur aime le bousculer dans sa confortable place de douce passivité.

Film à message, « Génocidé » est une blessure ouverte et nécessaire par laquelle toutes les victimes de tous les génocides continuent de saigner.

Marie Bergeret

Consulter la fiche technique du film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *