Archives par mot-clé : Etrange Festival

Adan Jodorowsky : « Un réalisateur n’est prêt qu’à partir de 30 ans, il faut qu’il vive et voit des choses. Il faut qu’il acquière une expérience, sinon il ne peut pas vraiment parler d’amour, de rapports humains »

Adan Jodorowsky : « Un réalisateur n’est prêt qu’à partir de 30 ans, il faut qu’il vive et voit des choses. Il faut qu’il acquière une expérience, sinon il ne peut pas vraiment parler d’amour, de rapports humains »

À l’occasion du focus consacré à l’édition 2013 de l’Etrange Festival, nous avons rencontré Adan Jodorowsky (plus connu sous son pseudonyme musical, Adanowsky), suite à la première mondiale de son film baroque « The Voice Thief », lauréat du Grand Prix Canal + et du Prix du Public au festival. À travers une discussion centrée autour de ce film, Adan nous parle, avec passion, de son envie de se consacrer dorénavant entièrement à l’art cinématographique.

Etrange Festival, programme de courts 1 et 2

Etrange Festival, programme de courts 1 et 2

L’Etrange Festival qui s’est terminé il y a 10 jours a proposé cinq programmes de courts métrages. Pour les deux premiers, pas moins de 18 films ont été diffusés, tous très distincts dans leur réalisation et leur écriture. Ils témoignent cependant d’une certaine cohérence de programmation, à savoir donner à des films différents et originaux la chance de trouver leur place auprès du public.

Etrange Festival : Retour sur les courts de la carte blanche Albert Dupontel

Etrange Festival : Retour sur les courts de la carte blanche Albert Dupontel

Invité de la 19ème édition de l’Etrange Festival à l’occasion de la sortie de son nouveau film, « 9 Mois Ferme », Albert Dupontel s’est fendu d’une carte blanche pendant le festival, à laquelle se rattachait une séance de courts métrages programmée par le réalisateur. Petit retour sur cette projection qui s’est avérée passionnante et qui a permis de comprendre quelques unes des influences du cinéma d’Albert Dupontel.

Adan Jodorowsky, le grand gagnant du court à l’Etrange Festival !

Adan Jodorowsky, le grand gagnant du court à l’Etrange Festival !

La 19ème édition de l’Etrange Festival qui s’est tenu du 5 au 15 septembre au Forum des Images à Paris a doublement récompensé « The Voice Thief » d’Adan Jodorowsky, l’un des nombreux courts métrages en compétition cette année. Lauréat du Grand Prix Canal + et du Prix du Public, ce premier film teinté de psychédélisme et surréalisme a quelques accointances avec l’univers du père du réalisateur, Alejandro Jodorowsky. Il y a quelques jours, pendant le festival, Format Court a eu l’opportunité de rencontrer le réalisateur de « The Voice Thief » (entretien à venir).

L’Etrange Festival, côté courts

L’Etrange Festival, côté courts

Les jours raccourcissent, le soleil se fait timide, la rentrée est là… Réjouissez-vous : l’Etrange Festival commence ce soir avec un nouveau lot de pépites cinématographiques différentes et uniques. Pour cette dix-neuvième édition, présentée par les organisateurs comme une sorte d’ »apéritif prestigieux » en vue du 20ème anniversaire du festival l’an prochain, nous aurons droit à plusieurs autres grands moments de cinéma alternatif.

Jan Kounen : “Dans le court métrage, il faut bien sentir ce qu’on a envie de faire. A un moment donné, si on se cogne à un mur, il faut savoir comment le contourner”

Jan Kounen : “Dans le court métrage, il faut bien sentir ce qu’on a envie de faire. A un moment donné, si on se cogne à un mur, il faut savoir comment le contourner”

Artiste multiple venu des arts décoratifs, intéressé par l’exploration de styles divers et variés, Jan Kounen est l’un des cinéastes les plus frondeurs et imprévisibles du cinéma hexagonal. Nous l’avons interviewé à l’occasion de la dix-huitième édition de l’Etrange Festival où il était invité pour la programmation d’une Carte Blanche, explorant le large spectre de ses influences (Sam Raimi, Godfrey Reggio, etc.). Rencontre avec un réalisateur unique dans le paysage cinématographique moderne, ayant inspiré toute une génération d’apprentis cinéastes.

Posledný Autobus (The Last Bus) de Ivana Laucíková et Martin Snopek

Posledný Autobus (The Last Bus) de Ivana Laucíková et Martin Snopek

Introduit dans le circuit festivalier à Clermont-Ferrand, lauréat de son Prix du Jury Jeunes, montré en mai à l’une de nos séances Format Court, revu ensuite à la rentrée à l’Étrange Festival, « Posledný Autobus » offre un véritable choc esthétique, animé et musical. Ce film slovaque très maîtrisé révèle les instincts de chacun face à la peur, sur fond de saison de chasse, et fait douloureusement écho à une époque contemporaine peu éloignée.

Cornée de Colin Laubry, Stéphane Blanquet, Arnaud Crillon, Valentin Gasarian, Ca Theuillon

Cornée de Colin Laubry, Stéphane Blanquet, Arnaud Crillon, Valentin Gasarian, Ca Theuillon

Quelque soit la porte par laquelle on entre dans l’univers créé par Stéphane Blanquet, l’un des réalisateurs de « Cornée », on n’en ressort pas tout à fait pareil. Les chemins par lesquels il nous promène se trouvent généralement dans des contrées aux frontières de la morale, de la conscience et de la folie. Fidèle à lui-même, son nouveau court métrage « Cornée » poursuit cette exploration visuelle et sensorielle, de quoi hanter nos nuits pour notre plus grand plaisir !

Panshin Beka Winoni de Jan Kounen

Panshin Beka Winoni de Jan Kounen

Projeté en première partie de « Koyaanisqatsi » de Godfrey Reggio, lors de la dernière édition de l’Etrange Festival, « The story of Panshin Beka » est l’un des huit segments du film « 8 » réalisé dans le cadre de la campagne Huit Fois Oui visant à promouvoir les objectifs du millénaire pour le développement (OMD) fixés lors du Sommet du Millénaire au début des années 2000 au Siège des Nations Unies à New York. Ce film traite de l’un des huit objectifs du millénaire, améliorer la santé maternelle.

Etrange Festival 2012

Etrange Festival 2012

Comme chaque année, à la rentrée automnale, l’Etrange Festival investit le Forum des Images et propose une programmation pointue et alléchante. Cette dix-huitième édition n’aura pas dérogé à la règle et aura eu son lot magique d’avant-premières très attendues (Samsara, Insensibles…), de pépites du cinéma underground et de rencontres avec des grands noms du cinéma alternatif (Kenneth Anger, Jan Kounen…). Elle nous aura aussi proposé une sélection imposante de 45 courts métrages de tous horizons.

Etrange Festival, billet 3

Etrange Festival, billet 3

Lieu de rendez-vous privilégié pour tout féru d’images, le festival d’animation OFFF de Barcelone propose chaque année un générique d’ouverture créé par une société différente, avec la volonté de rendre hommage aux intervenants du festival à travers plusieurs morceaux de bravoure, en se servant des techniques les plus abouties du moment. L’Etrange Festival a choisi de nous présenter cette année, le générique d’ouverture 2011, qui met en scène avec brio un monde post-apocalyptique hi-tech et sombre.

Etrange Festival, billet 2

Etrange Festival, billet 2

Attention, “Bubbleman Superstar” est parmi nous ! Ce sympathique super héros politiquement incorrect habite un univers trash, au ton décalé et visuellement proche du pop art et du collage. Au menu : sexe, drogue & blague potache. Vous pouvez d’ores et déjà découvrir le premier épisode des aventures de ce charmant protecteur de la veuve et de l’orphelin en ligne, avant sa projection à l’Etrange Festival, lundi soir (programme de courts métrages 2) et avant la suite de ses aventures à Zeroland.

Etrange Festival, billet 1

Etrange Festival, billet 1

Ce soir, l’Etrange Festival inaugure sa 18ème édition au Forum des images. Il s’y tiendra jusqu’au 16 septembre. 45 courts métrages issus du monde entier, répartis en cinq programmes, concourent pour le Grand Prix et le Prix du Public. Après avoir publié un Focus sur l’Etrange l’année passée, Format Court vous propose, jusqu’à la fin du festival, cinq billets en lien avec ces cinq programmes, avant de découvrir nos sujets « étranges » 2012.

Koen Mortier : « Je n’aurais jamais pu faire de films avec d’autres producteurs flamands, parce qu’il n’y avait pas de place pour ce que je faisais”

Koen Mortier : « Je n’aurais jamais pu faire de films avec d’autres producteurs flamands, parce qu’il n’y avait pas de place pour ce que je faisais”

Dynamiteur depuis plus d’une décennie du cinéma belge avec des œuvres majeures comme « Ex-Drummer », Koen Mortier était de passage à l’Etrange Festival pour présenter son nouveau film « Soudain le 22 Mai ». Nous avons sauté sur l’occasion pour le questionner sur ses courts métrages, sa maison de production et son avis sur le cinéma de Flandre.