Archives par mot-clé : Festival de Cannes

Nouvel After Short spécial Cannes, mercredi 20.10 !

Nouvel After Short spécial Cannes, mercredi 20.10 !

A l’occasion de la rentrée et un mois et demi avant son festival, Format Court développe son intérêt pour le court mais aussi les premiers longs en se focalisant cette fois sur le Festival de Cannes ayant eu lieu cette année au mois de juillet. Mercredi 20 octobre prochain, nous aurons ainsi le plaisir d’accueillir plusieurs équipes de courts et de premiers longs sélectionnés à Cannes, toutes sections confondues.

Tang Yi : « Faire des films revient à faire la paix avec moi-même »

Tang Yi : « Faire des films revient à faire la paix avec moi-même »

 Jeune chinoise vivant à New York, la réalisatrice Tang Yi a réalisé le film All the Crows in the World. Celui-ci a comme particularité d’avoir remporté la Palme d’or du court cette année à Cannes. Cet été, nous l’avons longuement interrogée via Zoom sur son parcours, son travail d’écriture, ses défis et ses doutes. Encore étudiante à la NYU Tisch School de New York, elle évoque aussi le low-budget, la comédie sombre, les erreurs à commettre, les revendications qui l’anime et l’influence du réel sur ses films.

All crows in the world de Tang Yi

All crows in the world de Tang Yi

Dans All crows in the world, film de quatorze minutes qui a reçu cette année la Palme d’Or du court-métrage en sélection officielle à Cannes, la réalisatrice Yi Tang dépeint une jeunesse chinoise à la fois audacieuse et réservée qui questionne certaines pratiques sociales qui semblent redondantes et dépassées. C’est d’ailleurs de son histoire personnelle que la réalisatrice a puisé l’inspiration pour ce film, qui sous des allures de comédie laisse apparaître une évaluation plus acerbe du rapport aux relations et à la sexualité en Chine. 

L’Enfant salamandre de Théo Degen

L’Enfant salamandre de Théo Degen

C’est une légende : la salamandre ne résiste pas au feu, elle brûle comme tout autre amphibien et préfère même les zones humides à la chaleur. Pourtant, le garçon mi-homme mi-salamandre de L’enfant-salamandre brûle, lui, de vraies flammes. Le film de Théo Degen enflamme le nitrate de la pellicule pour nous transporter loin de notre monde.

#Cannes 2021

#Cannes 2021

Cannes, c’est parti… Appâtés par le dévoilement progressif des affiches, des jurés, des sélections, l’impatience a grandi ces derniers jours. Ce soir, l’habituelle cérémonie d’ouverture sera suivie de la projection du très attendu Annette de Léos Carax. Cette comédie musicale risque de décoiffer plus d’un brushing des premiers rangs de la Croisette. Le choix du film pour la cérémonie de clôture est tout autant décoiffant, suite d’une série bien française de Nicolas Bedos, OSS 117 – Alerte rouge en Afrique noire. De quoi garantir une bonne rigolade à la française pour finir en beauté le 17 juillet. En effet, la comédie est au rendez-vous de cette 74ème édition du festival de Cannes, présidé par Spike Lee. Impossible de le rater sur l’affiche où l’éternelle casquette du réalisateur américain arbore fièrement la palme (photographie de Spike Lee avec l’autorisation de Bob Peterson & Nike, graphisme de Hartland Villa).

Cinéfondation 2021, la sélection des films d’écoles

Cinéfondation 2021, la sélection des films d’écoles

Pour sa 24ème édition, la Sélection Cinéfondation du Festival de Cannes a invité cette année 17 réalisateurs : 8 femmes et 9 hommes. 13 fictions et 4 animations ont été choisies parmi les 1 835 courts métrages présentés par des écoles de cinéma du monde entier. Le jury attribuera les Prix de la Cinéfondation lors d’une cérémonie précédant la projection des films primés le jeudi 15 juillet en salle Buñuel.

Semaine de la Critique 2021, les courts en compétition

Semaine de la Critique 2021, les courts en compétition

Zou, c’est parti. La sélection des courts de la 60ème édition de la Semaine de la Critique 2021 est connue. Voici les films retenus par les critiques et diffusés en juillet à Cannes. La bonne info du jour : de nombreux réalisateurs présentant leurs longs viennent du court. Citons entre autres Vincent Le Port, Charline Bourgeois-Tacquet, Samuel Theis, Simón Mesa Soto, Omar El Zohairy et Emmanuel Marre, Prix Format Court à  Brive 2017.

Agnès Patron ou l’urgence de la fabrication

Agnès Patron ou l’urgence de la fabrication

À Format Court, on aime bien Agnès Patron, pas seulement parce qu’elle a réalisé L’heure de l’ours, un “Carnaval aux allures de fin du monde », récompensé du César du Meilleur Court-Métrage d’Animation 2021, mais aussi parce qu’elle a signé, raturé, modifié l’affiche de notre 2ème Festival Format Court à plusieurs reprises au gré des annonces gouvernementales. Dans ce long entretien réalisé sur Zoom, la diplômée des Arts-Décos raconte l’instinct, la désillusion de sa première année artistique, son déclic pour l’animation, mais également son fils, premier spectateur.

Conversation avec Sameh Alaa, Palme d’or du court-métrage 2020

Conversation avec Sameh Alaa, Palme d’or du court-métrage 2020

Sameh Alaa est un jeune cinéaste égyptien. À Bruxelles, il vit, écrit et imagine des films, courts comme longs. Il a réalisé un film sur l’absence et le courage qui nous a tapé dans l’oeil, à la rédaction : I am afraid to forget your face. Celui-ci faisait partie de la compétition officielle de Cannes 2020 où il a remporté la Palme d’or du court-métrage lors de la dernière édition du festival.

Dialogues #1. Projection-rencontre : Sameh Alaa et Vasilis Kekatos

Dialogues #1. Projection-rencontre : Sameh Alaa et Vasilis Kekatos

Format Court a le plaisir de vous inviter à son nouveau rendez-vous digital : « Dialogues ». Pour inaugurer ce cycle, nous avons le plaisir d’organiser une rencontre sur Beem, une nouvelle plateforme digitale alliant projections et échanges, autour des deux derniers lauréats de la Palme d’or du court-métrage : Sameh Alaa, primé à Cannes en 2020, et Vasilis Kekatos, gagnant en 2019.

David de Zach Woods

David de Zach Woods

Il y a maintenant un mois se clôturait l’édition 2020 du festival de Cannes, l’occasion idéale de découvrir David, un court métrage réalisé par l’Américain Zach Woods. Sélectionné en compétition officielle du festival et retenu aussi en compétition internationale au prochain Festival de Clermont-Ferrand, David est le tout premier court métrage réalisé par Zach Woods, connu notamment pour ses rôles dans diverses séries comiques à succès comme The Office ou encore Silicon Valley.

Cinéfondation 2020, le palmarès

Cinéfondation 2020, le palmarès

Le Jury des courts métrages et de la Cinéfondation composé de Damien Bonnard, Rachid Bouchareb, Claire Burger, Charles Gillibert, Dea Kulumbegashvili et Céline Sallette a décerné ce mercredi soir les prix du concours des films d’école de la Cinéfondation sur la scène du Grand Théâtre Lumière dans le cadre de « Spécial Cannes 2020 ». La sélection comprenait 17 films d’étudiants en cinéma choisis parmi 1952 candidats en provenance de 444 écoles de cinéma dans le monde.

I am afraid to forget your face de Sameh Alaa

I am afraid to forget your face de Sameh Alaa

« Je crains d’oublier ton visage » : c’est autour de cette peur que ce court-métrage de Sameh Alaa, Palme d’or à Cannes 2020, est construit. Son précédent film Fifteen (2017) avait été sélectionné en Première Mondiale au Festival de Toronto 2017 (section Shorts Cuts). Le réalisateur égyptien nous livre à nouveau un film sobre, qui nous fait suivre le parcours d’Adam, bien décidé à rendre un dernier hommage à la femme qu’il aime.