Cannes 2021, les prix du court

Cannes, c’est fini. Julia Ducournau a remporté la Palme d’or avec Titane. Tout le monde ne le sait pas mais la jeune réalisatrice passée par la Fémis a réalisé un court, Junior, récompensé du Prix du petit rail d’or à la Semaine de la Critique 2011 et chroniqué sur Format Court il y a tout juste 10 ans (le temps passe vite).

Cannes, on ne le sait pas forcément, récompense en effet le court. Plusieurs prix ont ainsi été attribués à l’occasion de cette 60ème édition, à commencer par la Palme d’or du court attribuée elle aussi à une femme, Tang Yi, pour son film hongkongais : Tian Xia Wu Ya (Tous les Corbeaux du Monde).

Le Jury des courts et de la Cinéfondation a attribué une Mention Spéciale a une autre jeune femme, la réalisatrice et scénariste brésilienne Jasmin Tenucci ayant emmené à Cannes son Céu De Agosto (Le Ciel du Mois d’Août).

Côté Cinéfondation (la section dédiée aux films d’écoles ayant révélé une flopée de cinéastes intéressants), le palmarès a dévoilé 4 lauréats sur 17 inscrits.

Le Premier Prix a récompensé un jeune auteur belge, Théo Degen, diplômé de l’INSAS à Bruxelles.  L’Enfant Salamandre a touché le Jury et le public (critique à lire sur Format Court). Le deuxième Prix a été remis au film Cicada réalisé par Yoon Daewoen, un jeune cinéaste sud-coréen diplômé de la Korea National University of Arts.

Le Troisième Prix ex aequo est revenu à un film roumain Prin Oras Circula Scurte Povesti de Dragoste (Love Stories on the Move) de Carina-Gabriela Daşoveanu (UNATC) et à un film brésilien Cantareira signé Rodrigo Ribeyro (Academia Internacional de Cinema).

Côté Semaine de la Critique, le Prix Découverte Leitz Cine du court métrage été attribué à la réalisatrice chinoise Zou Jing pour son film Duo Li (Lili Alone). Le Prix Canal+ du court métrage est revenu quant à lui au réalisateur grec Manolis Mavris pour son film Brutalia, Days of Labour (Brutalia, jours de labeur).

On poursuit avec les prix parallèles. Le Jury de la Queer Palm, récompensant un long et un court traitant des thématiques LGBT, queer ou féministes, toutes sélections retenues, a choisi de récompenser deux courts-métrages au sein de la Cinéfondation : La Caida Del Vencejo de l’espagnol Gonzalo Quincoces, et Frida de l’Allemande Aleksandra Odic. Ce dernier film a également obtenu le tout nouveau prix Lights on Women, créé par L’Oréal Paris (dont le jury était présidé par Kate Winslet, l’unique jurée), récompensant la réalisatrice d’un court en compétition ou d’un film de la Cinéfondation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *