5 films choisis par Format Court dans le programme du Jour le plus Court !

Nous vous l’annoncions en fin de semaine passée, le site du Jour le plus Court est en ligne. Si en tant que salle ou association, vous désirez participer à l’événement du 18 au 20 décembre prochain, n’hésitez pas à visionner les films du programme et à créer votre propre séance de courts-métrages.

Excellente nouvelle : partenaire du Jour le plus court pour la première fois, Format Court a conçu un programme de cinq films d’animation et de fiction étrangers autour de l’insolence, à savoir le thème retenu cette année. Ces propositions grecques, espagnoles, canadiennes, britanniques et hongroises, chroniquées sur notre site, repérées et primées en festivals (dont un Prix Format Court), sont à programmer ensemble ou à la carte. Issues de l’imaginaire des jeunes cinéastes d’aujourd’hui, elles font toutes preuve de créativité, d’audace et de singularité, autant de termes intimement liés à la forme courte.

Day 40 de Sol Friedman (Fantastique, 2014, Animation, 5m45s, Canada, auto-production, sélectionné au Toronto International Film Festival 2014)

Dans cette adaptation de l’histoire de l’arche de Noé, le grand bateau devient le théâtre de diverses activités profanes, tandis que les animaux découvrent le côté sombre de leur nature.

Casus Belli de Yorgos Zois (Expérimental, 2010, 11m11s, Grèce, Pan Entertainment SA, sélectionné à la Mostra de Venise 2010)

Toutes sortes de gens, de nationalité, de classe, de sexe et d’âge différents, font la queue. Dee files d’attente en files d’attente se forme une chaîne humaine. Mais au bout de la queue …c’est le compte à rebours.

Articles associés : la critique du film, l’interview du réalisateur

Symphony no. 42 de Réka Bucsi (Animation, 2013, 9m33s, Hongrie, Moholy-Nagy University of Arts and Design, sélectionné à la Berlinale 2014)

En 47 scènes est dépeint un univers subversif. Des événements de la vie quotidienne mettent en évidence la cohérence irrationnelle du monde qui nous entoure. Des situations surréalistes mettent en scène les humains et leur rapport à la nature.

Article associé : Annecy 2014 : La crème de la crème

A Heap of Trouble de Steve Sullivan (Fiction, comédie, 2001, 4m, Royaume-Uni, Sgrin/Channel 4, Grand Prix au Montreal Comedy Festival 2001)

Le calme de cette banlieue résidentielle est grossièrement interrompu par l’indécence devenu un mal contagieux…

Article associé : 10 ans de courts métrages au Festival Silhouette 

Misterio de Chema García Ibarra (Fiction, comédie dramatique, 2013, Fiction, 11m, Espagne, auto-production, Prix Format Court au Festival de Brest 2013)

Elle s’est penché sur la nuque du jeune homme pour tenter d’entendre le message de la Vierge, et rien n’a plus été comme avant.

Articles associés : la critique du film, l’interview de Chema García Ibarra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *