Lucile Hadzihalilovic. Entre féminité, innocence et courage

Après avoir été présenté à Clermont-Ferrand, Villeurbanne ou Montréal, le court-métrage « Nectar » est montré cette semaine au Festival de Vendôme. L’abstraction poétique qui baigne cette fable bio-politique est fondée sur des oppositions d’échelle : on passe de l’infiniment petit (l’abeille) à l’infiniment grand (immeubles d’architecture moderniste), du corps individualisé au corps collectif, de l’herbe verte au béton grisâtre. Corps, nature, urbanité ; chaque élément est érotisé. Le film semble butiner auprès d’une expérience originelle sans cesse rejouée : l’amour. Comme pour nous dire à quel point le désir est une énergie essentielle, déformatrice, épaisse et liquide, comme le miel, nous faisant glisser d’une réalité à une autre, d’un espace-temps à un autre.

Le cinéma de Lucile Hadzhalilovic paraît partir du présupposé que toute révolution est aussi sexuelle. Ce sentiment traversait déjà ses deux premiers courts-métrages, « La première mort de Nono » (1987) et « La Bouche de Jean-Pierre » (1996). En 2005, elle réalise son premier long-métrage intitulé « Innocence », lequel penche davantage du côté d’une révolution de la noirceur et de l’enchantement des corps d’enfants.

Voici une interview de la réalisatrice, exploratrice précieuse d’un paysage cinématographique à la croisée de représentations naturalistes et d’expérimentations post-modernes.

Texte : Mathieu Lericq
Entretien : Zoé Libault
Réalisation : Tamara Seilman, Julien Sénélas (www.ciclic.fr/)
Montage : Julien Sénélas

Consulter la fiche technique du film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *