A Strong Woman de Iwona Kaliszewska et Kacper Czubak

Réalisé par Iwona Kaliszewska et Kacper Czubak, « A Strong Woman » est un documentaire polonais, lauréat du Prix Format Court au dernier festival de films de femmes de Créteil. Le film dresse le portrait d’une femme s’opposant au monde patriarcal qui l’entoure. Pour mener son combat, cette dernière peut compter sur son expérience du temps de l’ère soviétique et son ancien statut de championne de lutte.

strong

« A Strong Woman », la force d’une femme

Avant tout, « A Strong Woman » est le portrait d’une femme se définissant comme forte à bien des égards. Une force qu’elle exprime à bien des niveaux : que ce soit au niveau de la force physique ou au niveau de la force mentale, de conviction. C’est grâce à cette force que cette femme parvient à mener son combat constant qu’est la vie. Une force qu’elle a développé grâce à son passé de championne de lutte, où elle arrivait même à battre des hommes. Mais également dans sa foi étant donné qu’elle se montre très pratiquante. Elle se révèle aussi être une femme bafouée, trompée par son mari qui a pris plus tard une autre épouse. Elle n’en reste pas moins une femme indépendante, anticonformiste, digne, fière et joviale qui ne se laisse pas abattre par les aléas de la vie et qui utilise sa force pour aller de l’avant.

Un combat de société

Au-delà du simple portrait d’une femme, « A Strong Woman » se révèle être une vitrine sur le modèle de société en place dans le village du Daghestan où vit cette femme et comment elle vit en marge de ce dernier. On découvre que la société s’articule autour d’un modèle patriarcal. Basée sur les principes de l’islam, le modèle social prône une soumission des femmes aux hommes. Par exemple, lors d’une scène se déroulant pendant un mariage, on distingue clairement cet état de fait dans le comportement de la mariée qui apparaît comme soumise à son mari. Les hommes sont d’ailleurs très à l’aise avec cette situation et à part cette femme, les autres membres féminines de la communauté ne semblent pas se plaindre ou s’opposer à cette situation.

strong-woman

La femme sur laquelle se centre le film apparaît comme étant la seule que ce modèle semble déranger et est la seule à exprimer ouvertement son opinion à ce sujet. Même si elle doit en venir à s’opposer directement avec les hommes là-dessus, notamment sur des sujets comme la polygamie, pratique autorisée par l’islam mais dont elle juge que les hommes font un usage abusif et non conforme à la religion. On voit bien que cette femme se considère à de nombreux égards comme l’égale des hommes, d’où son attitude anticonformiste par rapport aux valeurs et aux normes de son village. Le film illustre bien cette idée lors d’un cours de lutte donné par cette femme qui indique avoir battu de nombreux hommes durant sa carrière.

« A Strong Woman » s’avère donc être plus qu’un simple portrait. En alternant l’interview de la femme et les scènes de la vie de tous les jours, le film dénonce les inégalités existantes entre les hommes et les femmes à travers le regard d’une personne victime de ces inégalités. Mais il montre aussi comment une femme à la fois forte et digne se révèle être la seule opposante à ces dernières.

Gaël Hassani

Consulter la fiche technique du film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *