La passerelle de Juliette Soubrier

Filmer une reconstitution de scène de crime du point de vue de l’actrice qui joue la victime. Le postulat de départ de « La passerelle » a le don d’intriguer. Quand l’actrice en question se trouve être Florence Loiret-Caille déjà mythique victime du vampire incarné par Vincent Gallo dans le « Trouble every day » de Claire Denis, l’intérêt va grandissant.

Juliette Soubrier dont c’est le premier film, réussit fort heureusement à éviter les effets de manches façon Faites entrer l’accusé et propose de s’éloigner du fait divers racoleur pour se concentrer sur le caractère pour le moins particulier de la situation via une mise en scène sobre mais efficace.

passerelle

Amenée en pleine nuit sur le parking d’un centre commercial désert où doit se dérouler la reconstitution, Florence prend son mal en patience et en profite pour réviser Phèdre dans la voiture de police. Le suspect arrive enfin escorté par de nombreux policiers et la première « scène » peut commencer. Elle se tient seule à l’intérieur du supermarché mais déjà rien ne va, ses chaussures sont à talons et pas plates, et ses cheveux ne sont pas attachés.  » Il veut que vous vous attachiez les cheveux », lui dit une femme en parlant du tueur qui la regarde derrière la porte vitrée.

A coups de « Mademoiselle », les flics, metteurs en scène d’un soir, la dirigent pour qu’elle adopte les gestes de cette femme qui sera amenée à mourir plus tard dans la soirée. Ce sont ces gestes, ces positions qu’on lui demande de prendre qui, petit à petit, font le lien entre elle et cette femme qui n’existe plus. Comme sur un tournage, on attend entre chaque changement de décor. L’angoisse monte, la mort approche. Personne à qui donner la réplique, pas de paroles réconfortantes.

passerelle1

Le parking est glacial, la reconstitution touche à sa fin. L’agression arrive. Près de la voiture, le meurtrier présumé rejoue le moment où il a adressé la parole à sa victime. La tension est palpable et dans un geste de défense, l’actrice le repousse. « On fait semblant. On ne touche pas le prévenu » lui assène immédiatement le flic. La ligne est franchie, le contact établi. Dès lors, la déjà fragile demoiselle se perd dans ses émotions et ne distingue plus le jeu, le  » faire semblant », de sa réelle angoisse. Comme la victime, elle part dans la pelouse adjacente, s’écroule puis rampe et hurle : « Me frappe pas, ça suffit ». C’est fini.

En faisant appel à Florence Loiret-Caille pour ce rôle un peu casse-gueule, on reconnait déjà à Juliette Soubrier le talent de faire les bons choix. La réussite du film repose sur son interprétation de cette actrice à fleur de peau un peu paumée. Pour autant, la réalisatrice aborde son sujet avec une simplicité bienvenue sans en rajouter dans le pathos, signe d’une élégance certaine.

Amaury Augé

Consulter la fiche technique du film

Article associé : l’interview de Florence Loiret-Caille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *